Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

editorial / ACTUALITÉS

Des raisons d’espérer ?

Les équipements pour l’usine de trituration des graines oléagineuses sont enfin arrivés et déchargés au port de… Djendjen, dès l’accostage du navire. Il s’agit, bien sûr, de ceux de Kouninef. C’est une bonne nouvelle puisqu’enfin ceux du groupe Cevital pourront être à leur tour déchargés. C’est, du moins, ce qui est espéré pour que ce feuilleton au scénario kafkaïen connaisse une fin. Sinon, ce sera la preuve de l’existence d’une politique d’iniquité qui ne se cache pas. La politique de deux poids, deux mesures observée provoque un sentiment d’injustice et révèle une discrimination qui devrait faire réagir le Premier ministre ainsi que tous les ministres et différents responsables qui ont en charge le dossier. Le projet de Cevital a suivi la voie normale jusqu’à son aboutissement, et ce, sans recourir à un financement bancaire. Les équipements de dernière génération ont été commandés et acheminés au port de Béjaïa avec tous les documents nécessaires pour ce type d’opération. L’excuse du directeur du port qui s’est érigé en gardien des lois de la République, arguant de l’impossibilité d’installer cette unité de trituration dans l’enceinte portuaire a été, dès le début, battue en brèche. Cevital a acquis un terrain hors du port alors que celle de Kouninef est installée à l’intérieur du port de Djendjen. Qu’à cela ne tienne, le groupe Cevital ne demande qu’à faire sortir ses équipements et qu’on le laisse travailler pour créer de la richesse et de l’emploi pour la région et le pays. Un silence prolongé des autorités signifierait que l’on encourage un investisseur et qu’on en bloque délibérément un autre car ils sont sur un même projet : celui de la trituration qui est un marché tellement important qu’il ne peut se suffire d’un seul opérateur.
Avec le déchargement des équipements de Kouninef au port de Djendjen, plus aucun argument ne pourra tenir la route pour bloquer ceux de Cevital. Une décision sage calmera une population qui se plaint de l’insuffisance des investissements dans la région et rétablira, un tant soit peu, une image du climat des affaires qui ne cesse d’être écornée dans tous les rapports ayant trait à la liberté économique et à l’investissement.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER