Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

editorial / ACTUALITÉS

Désaffection

D’année en année, les élections attirent de moins en moins d’électeurs, d’une part, et de candidats, véritablement militants, d’autre part. Ce désintérêt pour cet acte citoyen devrait interpeller les pouvoirs publics. Le rendez-vous prochain pour les locales est un exemple éloquent. La plupart des panneaux d’affichage ne sont pas remplis, une bonne semaine après le lancement de la campagne. Les affiches existantes sont, par ailleurs, lacérées ou taguées.
Les discours de campagne menée par les leaders des partis en lice font dans l’excès. L’alliance présidentielle a pour point de mire les partis d’opposition, les accusant de faire dans la déstabilisation du pays. Les autres ne sont pas en reste. Ils pointent du doigt le système en fin de parcours et la situation difficile du pays dont ils rendent responsables ces partis qui gèrent le pays en utilisant les moyens de l’administration, à leurs ordres. Du côté des candidats, les sorties de proximité sur les médias publics ou dans leur localité surfent sur le vague et les généralités.
La coterie et le tribalisme ont fait désespérer et fuir ces militants qui ont cru au pluralisme politique et à l’émergence d’une société civile.
La mise en circulation de la “chkara”, connue et tolérée, a découragé les citoyens qui voulaient une amélioration des conditions de vie dans leurs communes. La démission des premiers a attiré les opportunistes de tous bords. Le phénomène du nomadisme de parti en parti en est un exemple. Il est finalement facile de passer d’une rive à une autre, d’un discours à un autre. Les citoyens électeurs sont convaincus que le respect de l’éthique et des urnes transparentes ne sont que des mots.
Seulement 4% sur une population de 40 millions sont militants dans un des nombreux partis existants, selon Amar Ghoul dans un de ses meetings, tenu hier. Le pourcentage est éloquent, mais très inquiétant, surtout que le citoyen est mature. Plus peut-être que la majorité des candidats improvisés et jetés sur la scène politique.

Par Outoudert Abrous
abrousliberte@gmail.com


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER