Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

editorial / ACTUALITÉS

Désarroi d’un système

Prélude au grand rendez-vous du vendredi, la marche des étudiants, ce mardi, vient rappeler régulièrement aux tenants du pouvoir la nécessité de revoir leur copie et d’abandonner leurs plans, d’ores et déjà rejetés par la majorité des Algériens. Et ce n’est certainement pas le retour soudain de la matraque qui les en a dissuadés. 

Bien au contraire, cette attitude, qui remet les forces de l’ordre dans leur ordre naturel d’appareil répressif, confirme, au besoin, que le pouvoir n’a aucune intention de réellement céder, du moins tout de suite, et qu’en face de lui se dresse un peuple armé de sa détermination, de sa maturité et de la force de ses convictions d’aller jusqu’au bout de son mouvement. 
De ses objectifs. Mais les hommes du système, qui demeurent encore aux commandes du pays, embourbés dans leur propre crise et leurs contradictions, surtout incapables d’imagination, développent une terrifiante hantise du changement, perçu comme la fin… de leur monde. 
Cela transparaît dans leurs discours contradictoires, révélateurs d’intentions évidentes de ne céder que quelques parcelles de liberté pour faire taire la colère populaire. Des intentions qui se vérifient à travers les manœuvres qui ont commencé dès le 22 février dernier pour dévoyer le mouvement. Ou tout au moins le dévier de sa trajectoire. 
Après presque trois mois de révolte et de lutte, le peuple avance, propose des solutions de sortie de crise ; les tenants du pouvoir demeurent figés et s’échinent à convaincre ou imposer, le cas échéant, une solution à laquelle ils sont les seuls à croire. Une attitude qui a induit à hausser le ton, comme l’ont démontré les étudiants hier, et à élargir l’éventail des cibles du “dégagisme” à tous ceux qui ont trahi leurs engagements. 
Le mouvement a placé la balle dans le camp du système, marquant des points chaque semaine, sans fléchir, le mettant ainsi dans une impasse et en demeure de répondre favorablement aux revendications légitimes du peuple, comme promis, pour éviter d’être balayé par l’implacable cours de l’histoire. 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER