Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

editorial / ACTUALITÉS

Dilemme

Parfois, il y va des grèves comme des guerres : on sait quand elles commencent, puisqu’on le décide, mais pas quand elles vont s’arrêter. Il en est ainsi pour la grève du Cnapeste dont on ne sait pas quand interviendra l’épilogue. Siégeant durant deux jours, lundi et mardi jusque tard dans la nuit, le conseil national du syndicat a été incapable de décider s’il devait poursuivre ou mettre un terme à la grève, tant il ne lui a pas été facile de dégager un consensus autour de l’une ou l’autre des deux options, encore moins pour une voie médiane. Le syndicat, peu enclin aux solutions négociées, s’est entêté dans la voie de la radicalité au point de se retrouver dans une impasse dont il semble peiner pour sortir. Ayant certainement compris le ton subitement tempéré auquel la ministre de l’Éducation vient de se rendre, après avoir été longtemps inflexible comme des prémices de victoire, les radicaux parmi les syndiqués du Cnapeste, et ils constituent visiblement la frange dominante, plaident pour l’option jusqu’au-boutiste. D’autres, moins portés sur la bravade, mais surtout soucieux pour leur emploi et leur carrière, estiment que la longévité supplémentaire du débrayage n’est pas à leur avantage, surtout que la situation commence à agacer sérieusement écoliers et parents. Soumis à l’action de ces courants contraires, le Cnapeste tangue, incapable de se définir un cap. Le dilemme est, pour lui, si accentué qu’il ne lui est pas aisé de trancher : poursuivre le mouvement, c’est courir le risque de voir la main lourde de l’autorité s’abattre sur les enseignants grévistes mais également sur le syndicat lui-même. Mettre fin à la grève dans les conditions posées par la tutelle se serait avoir débrayé longuement, au risque de compromettre la scolarité de milliers d’écoliers, pour rien, sinon pour si peu. Le Cnapeste est face à deux choix, pour lui, mauvais tous les deux. En revanche, pour les écoliers, l’un est assurément moins mauvais que l’autre. Mais est-ce l’intérêt des écoliers qui déterminera le choix du Cnapeste ? Là est toute la question.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER