Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

editorial / ACTUALITÉS

Effet domino

Déjà assommés par les hausses intempestives des prix des différents produits y compris ceux de première nécessité, les Algériens s’apprêtent à accueillir une année 2018 avec encore plus d’anxiété en raison de ce que la loi de finances, qui entre en vigueur le 1er janvier, charrie comme incidence directe sur le pouvoir d’achat. Certes, les responsables gouvernementaux continuent à réfuter, mordicus, les prévisions pessimistes des experts quant aux effets néfastes attendus de l’inflation sur les ménages. Mais, loin de rassurer le plus optimiste des citoyens, une telle attitude n’a, visiblement, aucune emprise sur le cours des événements dont les nouvelles se suivent et se ressemblent dans une perspective plutôt angoissante. Et ce n’est certainement pas cette annonce d’une augmentation des prix des transports qui va contribuer à rassurer une population éprouvée par un niveau de pouvoir d’achat en perpétuelle dépréciation. Loin s’en faut, cette révision à la hausse des tarifs des transports reste peut-être la plus crainte parmi toutes les mesures contenues dans la loi de finances 2018. Et pour cause. L’impact d’une telle disposition sur le pouvoir d’achat risque d’être considérable, en ce sens que ses répercussions néfastes sur les prix de tous les produits apparaissent presque comme inéluctables. En effet, plus de 90% des marchandises sont transportées dans notre pays par voie terrestre et nous ne sommes pas loin de la même configuration concernant le déplacement des voyageurs. Il faut donc se rendre à l’évidence du lien direct entre la hausse attendue des carburants qui est à l’origine de la discorde, l’augmentation des prix des transports en général et, enfin, par ricochet, la flambée appréhendée des prix des autres produits. Devant les revendications, en tout cas, légitimes des transporteurs qui redoutent une montée en flèche de leurs charges, les autorités n’avaient d’autre choix que de concéder une hausse des tarifs des transports. Il s’agira, peut-être, pour eux, de limiter les dégâts en faisant en sorte que l’augmentation ne soit pas trop importante. Mais, de prime abord, la hausse en question apparaît comme inévitable. D’où cette angoisse qui s’est emparée des ménages à l’orée d’une nouvelle année aux contours obscurs, tant les appréhensions se sont accumulées quant aux effets attendus de l’entrée en vigueur d’une loi des finances décriée de partout, mais qui s’est, finalement, imposée à tous comme une fatalité.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER