Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

editorial / ACTUALITÉS

Endurance

La révolution du sourire a bouclé hier sa 27e semaine de mobilisation citoyenne. Les manifestants qui ont battu le pavé à travers les villes du pays, du Nord au Sud et d’Est en Ouest, ont, de nouveau, démontré qu’ils sont plus que jamais unis autour de mots d’ordre qui constituent autant de réponses aux tenants du pouvoir. Ils ont ainsi renouvelé leur engagement à poursuivre leurs actions de rue jusqu’à satisfaction de leurs revendications, toutes centrées sur une rupture avec le système politique qui tient en otage le pays depuis l’indépendance. 

Avec l’intransigeance affichée par les hommes forts du moment et à leur tête le chef d’état-major de l’armée, à maintenir leur feuille de route de sortie de crise, et la mise en œuvre d’une agressive opération visant à briser la révolution, le mouvement populaire était entré dans le dur. Mais, quand bien même les manœuvres de déstabilisation se seraient multipliées ces derniers temps, la révolution du sourire a su résister à l’adversité du pouvoir, érigée en mode de gouvernance. 
Ni les arrestations, ni les intimidations de tous ordres, ni la fermeture des accès à la capitale, ni le black-out continu exercé par les médias publics et les chaînes de télévision sur la révolte pacifique, ni même les longues vacances estivales et les fortes chaleurs, n’ont eu raison du “hirak”. Et si les tenants du système continuent à jouer la montre avec l’espoir de voir s’effilocher la révolution citoyenne, il apparaît évident qu’ils sont de plus en plus déçus par la tournure des événements. Ils avaient d’abord misé sur le mois de carême pour voir le mouvement se désagréger pour d’évidentes considérations liées au jeûne. En vain. Ils pensaient ensuite que les départs en vacances allaient régler l’affaire. Ils ont de nouveau déchanté. Six mois de mobilisation populaire à travers pratiquement toutes les wilayas du pays, ce n’est pas rien. C’est la preuve tangible que la révolution du sourire autant elle a ébloui le monde par son pacifisme et sa discipline, autant elle charrie une profonde aspiration citoyenne à une vie plus juste que ne peut garantir qu’un État de droit. Il s’agit, en effet, d’une extraordinaire lame de fond à forte empreinte politique quand bien même les actions de rue seraient caractérisées par un esprit festif et décontracté des manifestants. Et c’est cela qui fait la singularité de la révolution du sourire.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER