Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

editorial / ACTUALITÉS

Fatwas “made in bladi”

Bientôt, l’Algérien ne consommera pas que de la fatwa, pas toujours comestible, venue d’ailleurs. L’État, qui a déjà entrepris de lui offrir la possibilité de s’acheter un véhicule produit localement, a pensé à lui en servir de la “made in bladi”. Parole du ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aïssa, qui a annoncé hier la mise en place, avant la fin de l’année, c’est-à-dire au plus tard dans un mois, d’une académie de la fatwa. Bonne décision. Il était temps que cela se fasse, d’autant qu’il y a des lustres qu’il est question de l’institution d’un mufti de la République, une autorité qui validerait les avis religieux avant d’être émis. Ce qui devenait même urgent, en raison du flux incontrôlé, et donc potentiellement nocif, de fatwas qui lui parviennent d’un peu partout, du Moyen-Orient notamment, via les chaînes de télévision satellitaires et autres sites et blogs Internet. Il se trouve, cela n’est un secret pour personne, des prédicateurs satellitaires, accessoirement muftis, souvent improvisés, qui  conçoivent l’avis religieux, sinon en fonction d’une conviction idéologique, voire d’intérêts politiques, certainement par rapport à leurs référents nationaux. Les contenus idéologiques posent problème, certains pouvant même constituer un danger pour les populations réceptrices non averties, et elles sont nombreuses. Certaines fatwas peuvent constituer une menace pour la sécurité des États. D’aucuns ont toujours en mémoire l’appel au meurtre du leader libyen, Maâmar Al-Kadhafi, émis par Al-Qaradhaoui sur la chaîne qatarie Al-Jazeera. L’appel, qui vaut fatwa, est incontestablement un permis de tuer délivré par une autorité religieuse jouissant d’une aura dans le monde musulman. La création d’une académie algérienne de la fatwa n’est utile que si, en plus de produire, au besoin, des avis religieux, elle s’attachera également à filtrer ceux qui proviennent d’ailleurs, la Toile étant par définition poreuse. La décision est à saluer mais, peut-être, qu’il ne faut pas s’en réjouir tout de suite et attendre de la voir à l’œuvre.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER