Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

editorial / ACTUALITÉS

FLN-RND : 2019, cause du désamour ?

Même si les deux partis, le Front de libération nationale (FLN) et le Rassemblement national démocratique (RND), se réclament tous les deux de Bouteflika, sur le terrain, c’est plutôt chacun pour soi, sinon l’un contre l’autre. Plus que des querelles de courtisans, auxquelles les deux partis sont habitués, entre eux, c’est désormais la mésalliance annoncée, tant est qu’il serait permis de qualifier d’alliance ce qui les a maintenus rapprochés, jusque-là. Car, à la vérité, aucun contrat politique n’engage le FLN et le RND, quand bien même, ils postulent l’un et l’autre, plus au moins solidairement, à servir de supports partisans à la décision présidentielle.  En instruisant les élus locaux du parti à éviter, autant que faire se peut, de s’allier avec leurs homologues du RND, pourtant demandeurs,  pour la composition des exécutifs des APC et APW, le secrétaire général du FLN, Djamel Ould Abbes, sait qu’il ne trahit aucun deal ni contrat politique. Il n’encourt aucun risque puisque depuis la décomposition de l’alliance présidentielle, qui associait, rappelons-le, le MSP, la relation que le FLN et le RND ont poursuivi d’entretenir se résume à la proximité qu’exige leur participation au même gouvernement. Une proximité qui n’a rien d’un gentleman agreement, qui n’est nullement synonyme, donc, de pacte de non-agression. Que de fois d’ailleurs, Djamel Ould Abbes n’a-t-il pas taillé des croupières à Ahmed Ouyahia, parfois, sinon souvent, sans motifs apparents ? Ahmed Ouyahia n’en manquait pas de répliquer, mais généralement de manière mesurée, pour ne pas dire molle, convaincu, peut-être, qu’une réaction appuyée de sa part aggraverait les hostilités et le desservirait plus qu’elle ne le servirait. C’est ce qui pourrait expliquer qu’il jouait la prudence pendant qu’Ould Abbes multipliait les provocations. Jusque, du moins, à la proclamation des résultats des élections locales qui a vu le patron du RND dénoncer une fraude au profit du FLN, pendant que, Premier ministre, il assurait, à la surprise générale, que le scrutin était régulier. Pour avoir eu l’audace d’une telle sortie, inattendue, il faut le souligner, Ahmed Ouyahia avait certainement compris que l’élection présidentielle approchant, le FLN a résolu de le lâcher. Ce qui est le cas, puisque le parti d’Ould Abbes, de Bouteflika donc, est allé quêter d’autres alliances, frustrant un RND pourtant disponible. Cela, c’est la feuille de route pour 2019 qui semble le dicter.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER