Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

editorial / ACTUALITÉS

France cherche Algérie

La visite qu’effectue, aujourd’hui, le président français en Algérie doit être perçue comme une urgence. Son annonce a été faite par l’hôte de l’Élysée alors que son ministre des Affaires étrangères était encore à Alger, reçu par son homologue algérien pour échanger sur le volet sécuritaire dans la région du Sahel notamment. Le dossier devait être si sensible qu’il a été renvoyé au niveau des chefs d’État. D’où l’invitation que s’est fait, tout seul et en dehors de tout protocole, Emmanuel Macron.
C’est aussi pour cette indisponibilité à organiser  une visite d’état, ou tout au moins une visite officielle, du côté algérien, que les relations économiques, culturelles et de circulation des biens et des personnes ont été confiées à des mécanismes comme le Comité économique mixte algéro-francais (Comefa), et pour le suivi à un niveau supérieur, le Comité intergouvernemental de haut niveau, présidé par les deux Premiers ministres, a été mis en place.
Cette visite, sollicitée en urgence par la partie française, aura donc un ordre du jour plus politique, dont la question sécuritaire dans le Sahel où les forces françaises peinent à gérer la situation et à rétablir une relative stabilité. L’expérience algérienne est devenue une nécessité que recherche à tout prix la partie française. D’où aussi l’argumentaire que présentera Macron pour pousser les Algériens à s’impliquer davantage sur le terrain que dans les rencontres régionales. La prochaine réunion du G5 Sahel voudrait une participation active de l’Algérie.
En contrepartie, l’Algérie pourrait demander plus d’investissements sous forme d’IDE, de transfert de technologie, une révision de l’accord sur la circulation des biens et des personnes. Majeur, alors qu’il ne l’est plus, il sera  question de la repentance et de la reconnaissance des crimes commis par la France coloniale en Algérie.
C’est la France qui est demanderesse, cette fois-ci, et c’est l’Algérie qui est sollicitée.

Par Outoudert Abrous
abrousliberte@gmail.com


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER