Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

editorial / ACTUALITÉS

Guerre de positions

à mesure que l’échéance de la présidentielle, prévue en 2019, approche, c’est une véritable guerre de tranchées qui semble s’installer, doucement mais sûrement, dans les hautes sphères d’un pouvoir pris soudainement de convulsions. Les différents clans tentent, parfois à travers des échanges d’amabilités portées sur la place publique, d’asseoir une domination qui permettrait, au moment opportun, de peser sur ce rendez-vous politique de haute importance pour le pays. La date en question peut s’avérer fatidique pour certains cercles agrippés au pouvoir dans le seul objectif de sauvegarder des intérêts bassement matériels, quitte à ce que le pays parte en vrille. Cette guerre de positions, jusque-là larvée, commence à se manifester à travers les attaques et les répliques des uns contre les autres qui n’augurent rien de bon pour la nation. C’est pour cela que les différents clans qui le composent et qui changent, on le sait, au gré des rapports de force, s’accrochent, résistent et n’hésitent même plus à se crêper le chignon en public, eux qui, jusqu’à un passé récent, se serraient les coudes, tant leurs intérêts convergeaient. Ce qui se passe actuellement dans la maison FLN, mais aussi au RND et à l’UGTA, autant dire la vitrine politique et syndicale du pouvoir en place, est d’ailleurs éloquent de ce point de vue. Les lignes commencent, visiblement, à bouger. Mais le plus écœurant reste, en effet, la finalité de tout ce remue-ménage. Ce ne sont pas la stabilité, la sécurité et l’avenir du pays qui les font courir. Loin s’en faut. Le système rentier a créé des monstres qui ne veulent plus lâcher le morceau qu’on leur a servi. Animés qu’ils sont par de répugnants desseins de maintenir la poigne sur le pays, ils sont prêts à l’affrontement pour garder leurs positions. Certains tentent de se réfugier derrière l’option d’un cinquième mandat qui reste, pour le moment, hypothétique. Le flou artistique qui caractérise la scène politique nationale n’est, évidemment, pas fait pour arranger les choses. Le système rentier qui tient les rênes du pays, se sait à bout de souffle et condamné par l’histoire. Son échec cuisant à ériger des institutions solides et pérennes, à mettre en place une économie forte, à construire une société progressiste, bref à sortir l’Algérie du sous-développement ne lui suffisent, visiblement, pas pour envisager un passage de relais pour les nouvelles générations. 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER