Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

editorial / ACTUALITÉS

Inconstance

Navigation à vue, tâtonnement, tergiversations, cafouillage… les mots ne suffisent plus pour décrire la situation dans laquelle se débat le gouvernement face aux nombreux dossiers qui impactent directement la vie des citoyens et qui continuent de se poser avec acuité sans qu’il puisse en trouver les formules efficaces et durables à même de réduire les foyers de tension sociale. C’est que faute d’un cap bien défini et surtout bien réfléchi, il donne l’impression de naviguer à vue, désorienté qu’il est par l’absence de toute prospective dans sa démarche. Résultat des courses : une gouvernance, pour le moins aléatoire, qui sape profondément l’image des institutions et qui inquiète au plus haut point une population, de plus en plus, vulnérables tant elle est appelée à consentir davantage de sacrifices sur l’autel d’une crise dont elle n’est point responsable.
Un gouvernement qui n’arrive pas à avoir un minimum d’emprise sur un marché des fruits et légumes en perpétuelle flambée n’est, à l’évidence, pas un bon signe. Loin s’en faut. Et ce ne sont certainement pas les promesses sans lendemain d’un ministre qui, pour passer l’expression, s’est complètement noyé dans un verre d’eau, avec la hausse vertigineuse des prix des fruits et légumes et des viandes, qui vont contribuer à rassurer le commun des citoyens. Quid du dossier de l’automobile où le gouvernement continue d’alterner le chaud et le froid ? L’absence de constance et de cohérence dans la conduite d’une politique industrielle pérenne et claire en la matière n’est de nature à rassurer ni les citoyens ni, encore moins, les opérateurs qui se retrouvent désorientés par les changements récurrents et intempestifs de la réglementation appliquée à la branche.
Les importations sont également parmi les dossiers où l’Exécutif a excellé dans l’inconstance, renvoyant une piètre image d’un bateau en errance qui a perdu sa boussole. Le poids des lobbys, que l’on sait pesant dans notre pays, ne peut expliquer à lui tout seul ce manque de constance dans la gestion des affaires publiques. Il en est de même pour l’absence prolongée du président de la République à qui, théoriquement, échoit la prérogative de donner le cap de la politique gouvernementale. Il va donc de soi qu’il faille chercher les raisons de cette versatilité devenue fréquente, plutôt du côté de l’incompétence avérée de certains membres du gouvernement à être à la hauteur des attentes placées en eux.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
1 réactions
Fraternity le 31/05/2018 à 14h03

La politique économique du pays semble s'inspirer de la constitution de Tab Jnanou; constitution taillée sur mesure. Toute activité est façonnée au grés des personnes et des clans mafieux (avec le respect aux mafieux qui ont un code d'honneur!!). Les notre s'autosaisissent et se partagent les décisions économiques du pays (ex. les ventes montages de voitures)L'absence de constance et de pérennité dans la réglementation économique est le signe de la férocité de ces clans

Commentaires
1 réactions