Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

editorial / ACTUALITÉS

Indigence consubstantielle

La Caisse des retraites souffre d’une maladie chronique. Parce que rien n’est fait pour lui préserver sa santé financière. Et l’État dans son immense mansuétude, lorsque la manne pétrolière déborde de ses caisses, met la main à la poche pour combler “les trous” dans cette espèce de technique d’arrosage qu’il maîtrise à la perfection étant l’expression subliminale de son idéologie populiste.
Et lorsque la crise vient frapper à la porte de la Caisse des retraites, le thermomètre explose. La caisse des salariés, Cnas, se met à faire du porte-à-porte pour prier les employeurs d’honorer leurs cotisations. Le gouvernement, dans son inénarrable manque d’imagination et de courage politique, jouera les accompagnateurs des caisses sociales en lançant des campagnes de sensibilisation comme on lance une campagne de vaccination lorsque la grippe s’est déjà bien installée. Avec au bout, quelques miettes pour tenir en vie en attendant la prochaine saison pétrolière. Parce qu’il ne s’est pas attaqué aux véritables niches de fraude. Parce qu’aussi, l’État lui-même est une niche de fraude puisqu’il est le plus grand mauvais payeur. Le mauvais exemple que beaucoup d’employeurs suivent et imitent.
La rente a rendu l’État si incapable d’imagination et de vision à long terme qu’il a fini par ne pas être en mesure d’imposer et de s’imposer ses propres règles. Peut-on dans ces conditions imaginer le gouvernement entreprendre des réformes afin de garantir la pérennité aux caisses sociales ? Impossible. D’autant qu’il rate même les formules réformes d’importation. Parce qu’il en est incapable. Parce qu’une telle entreprise débute par la lutte contre l’informel, le travail au noir, devenu une règle, et contre la corruption dans les institutions, les deux allant d’ailleurs de pair. Une entreprise que le gouvernement contourne par des retouches qui lui font gagner du temps. Mais pas d’argent.
Il continuera, sans aucun doute, à nous servir ses campagnes de bonne conduite en priant pour la remontée des cours du pétrole.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER