Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

editorial / ACTUALITÉS

Inqualifiable répression

Le traitement réservé hier par les forces anti-émeutes aux médecins résidents, autant dire à ceux-là qui sont appelés à prendre en charge, demain, la santé des Algériens, est, le moins que l’on puisse dire en de telles circonstances, choquant à plus d’un titre. Choquant, d’abord, parce qu’il s’agit d’une marche pacifique de médecins qui ne voulaient qu’exprimer le ras-le-bol qu’ils vivent face aux tergiversations des autorités à prendre en charge leurs revendications. Choquant, ensuite, par la méthode violente employée pour disperser l’action des protestataires et qui est digne des régimes les plus autoritaires. Les services de sécurité, censés protéger le commun des citoyens, semble plus enclins à manier, et outrancièrement, la baston, sous le couvert de l’absurde prétexte de l’interdiction des manifestations publiques. Ces images de médecins aux visages ensanglantés et bras fracturés doivent appeler une réaction à la mesure de la violence de l’intervention des forces antiémeutes qui ont opéré comme s’il s’agissait de contrer quelques brigands qui menacent de mettre la ville à feu et à sang. Mais ce serait paraître naïf que de croire à d’improbables sanctions contre les auteurs de ces agissements. C’est, en effet, dans la culture, voire la nature du système que de ne céder aucun espace d’expression pacifique à une société qui, pourtant, en demande de plus en plus. La police ne fait donc qu’appliquer, et rigoureusement, voire avec zèle, les instructions dans ce domaine. Ce n’est, donc, certainement pas aujourd’hui que cela va changer. Enfin, les évènements d’hier sont d’autant plus choquants qu’ils ont eu pour théâtre l’enceinte même d’un hôpital. Boucliers, matraques, casques, camion lance-eau, des centaines d’hommes en uniforme antiémeute… autant dire tout l’arsenal répressif traditionnel. Des médecins frappés, bastonnés, matraqués sur leur lieu de travail ! Quelle image tout cela renvoie de notre pays au moment où on assiste, impuissants, à la fuite de nos médecins qui vont servir les hôpitaux de l’Occident ? Ce qui s’est passé va, certainement, lever les derniers doutes chez les cocardiers parmi ces médecins qui seraient plutôt tentés de rester dans le pays, à la fin de leur cursus, pour rendre à la nation ce qu’elle leur a donné, en termes de formation. Le traitement auquel ils ont eu droit n’est, en tout cas, pas de nature à renforcer chez eux le désir de mener carrière dans un pays qui les malmène de cette façon.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER