Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

editorial / ACTUALITÉS

Insulte à la culture

Après la sortie plus débile que saugrenue d’une députée qui menaçait d’étrangler sa fille s’il lui venait l’idée d’apprendre tamazight, revoilà une autre qui demande au ministre de la Culture, le plus sérieusement du monde, de remiser la statue d’Aïn Fouara dans un musée. Ce que le Fis, parti islamiste dissous, n’a pas fait alors qu’il avait les clés de la mairie de la ville et l’Assemblée de wilaya. En d’autres temps, on aurait pu prendre ces sorties pour de l’ignorance, de l’inculture, mais malheureusement ce n’est pas le cas. Il s’agit de députées qui ont un mandat national, et non d’un blogueur dépressif ou d’un jeune révolté qui en veut à la terre entière
Le ministre de la Culture, nourri de valeurs démocratiques, a été cinglant dans sa réponse à cette élue. À ce rythme d’agressions qui se font de plus en plus fréquentes, la menace islamiste devient réelle, les manipulations monnaie courante et la Constitution bafouée, et cela, devant le silence intrigant des pouvoirs publics. Si l’on fermait les yeux devant de tels actes et comportements, le courant islamiste ne se gênerait pas pour proposer comme assiettes foncières les ruines romaines de Tipasa ou de Djemila pour un projet de construction. Et, pourquoi pas, la destruction du tombeau de la Chrétienne, comme l’ont fait les talibans pour les deux bouddhas en
Afghanistan, ou les djihadistes maliens pour les mausolées de Tombouctou ? La régression se fait de plus en plus à visage découvert et, plus grave encore, au sein d’institutions officielles, sans que les concernés ne soient rappelés à l’ordre. Ce laisser-faire et cette inertie consistant à lâcher du lest sont plutôt vus comme une faiblesse de l’État. Aujourd’hui, un ministre a haussé le ton, mais le prochain le fera-t-il ? Persister à mêler la religion à tout a fini par créer un amalgame que rares sont ceux qui osent dénoncer. Il est temps d’assumer notre histoire et d’être fiers de notre patrimoine millénaire.
Une question à cette députée, si elle est native de Sétif ou même de passage dans la ville : jeune, n’est-elle pas allée boire à la fontaine d’Aïn Fouara pour exaucer un vœu, comme trouver un mari ou devenir députée ?


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER