Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

editorial / ACTUALITÉS

La confusion en guise d’arme

L’exercice est un peu facile. Il ne fait courir aucun risque mais peut aider, supposons-le, à se sortir de situations corsées. Par deux fois en l’intervalle d’une semaine, l’armée est sortie de sa réserve pour dénoncer des parties qui manipuleraient les anciens de l’ANP qui ont affiché et affichent toujours des velléités revendicatives. C’est, à la limite, de bonne guerre, tant est qu’il est aussi dans le rôle des autorités militaires d’alerter, au besoin, sur des tenants qui échapperaient au commun des citoyens, à l’Algérien lambda. Mais faudrait-il encore que les choses soient dites clairement, sans user d’articles indéfinis qui ajoutent plus à la confusion qu’ils n’apportent d’éclaircissements. Le chef d’état-major de l’ANP, que le mouvement des anciens de l’armée, retraités, blessés et autres radiés semble préoccuper au plus haut point, destine son estocade également aux plumes qu’il accuse d’être au service de manipulateurs aux intentions malveillantes. “Ces parties qui veulent et qui œuvrent, à travers certaines plumes aux intentions malveillantes, à faire aboutir leurs projets de porter atteinte à notre patrie l'Algérie, qui demeurera, à jamais et malgré eux, grande et digne de relever tous les défis et de consolider davantage la sécurité et la stabilité, poursuivant son parcours de développement ambitieux”, a-t-il martelé. Par plumes, Gaïd Salah entendrait à la fois, certainement, presse et tribunes libres. Soit, mais pourquoi, diantre, faudra-t-il toujours voir une arrière-pensée malveillante dans tout écrit qui évoque l’armée ? Car quand bien même ils déplairaient, les commentaires et les points de vue exprimés à propos d’une problématique ou un conflit donnés ne manqueraient pas forcément de verve nationaliste. Parfois, pour ne pas dire souvent, ces écrits sont autant d’alertes nécessaires, voire salutaires, pour la République et la démocratie et, partant, la bonne santé politique du pays. Si le salut des nations se confinait en la restriction de la liberté d’expression, beaucoup de pays nous auraient devancés, comme ils nous devancent, par ailleurs, dans beaucoup d’autres domaines.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER