Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

editorial / ACTUALITÉS

La politique, un sacerdoce

Moins de la moitié des électeurs se sont déplacés aux centres de vote. Erreur. Ceux qui pensent que les élections locales sont un rendez-vous peu important se trompent lourdement. La commune est la structure de base de l’organisation d’un pays dont elle constitue un démembrement primordial. C’est la politique de proximité qui intéresse au plus haut point le citoyen car elle est au niveau de l’homme qui est dans sa cité et son environnement immédiat. Bouder cette échéance comme cela est souvent le cas, c’est renoncer à choisir l’élu qui peut apporter des solutions et laisser la place à des opportunistes.
Cela au-delà de la casquette partisane.
Les résultats de ce rendez-vous font ressortir, encore une fois, la majorité des deux partis de l’alliance présidentielle. Le FLN et le RND, en l’occurrence. Une question se pose : est-ce que ces partis sont, réellement, représentatifs et ancrés dans le territoire national ou est-ce l’absence d’une véritable opposition qui fait que la nature a horreur du vide ? Il est vrai que des partis ont été créés pour parasiter ceux qui avaient une audience quand le pluralisme politique a été consigné dans la Constitution de 1989. C’est la même stratégie qui a été utilisée pour la presse avec une floraison de titres qui dépassent l’entendement. Aussi bien les partis d’opposition qui se sont séparés à Zéralda là où ils se sont rencontrés faute d’aboutir à un consensus minimum, au bout de deux ou trois rencontres, que la presse qui se retrouve déboussolée, désorganisée, désarticulée.
Demain, plusieurs partis monteront au créneau pour dénoncer une énième fraude électorale sans pour autant faire leur autocritique et reprendre leurs esprits. La politique n’est pas une fonction, c’est un sacerdoce et le militantisme est le contraire de l’affairisme. Malheureusement, pour le pays, la frontière de séparation n’existe pas. Elle est plutôt encouragée. Pourquoi pas, quand le terrain est libre pour perpétuer un statu quo qui semble arranger tout le monde.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER