Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

editorial / ACTUALITÉS

La voie est tout indiquée

Le vide constitutionnel, ce n’est pas le trou noir. On peut toujours s’en échapper. On peut même prétendre en sortir sinon indemne, du moins sans trop de dégâts. Pour cela, il ne faut pas y demeurer longtemps. Mais il faut également et surtout emprunter la bonne voie. Et dans la situation qui nous intéresse, la bonne voie ne saurait être autre que le choix d’une solution politique à la crise dans laquelle le pays s’enlise depuis plusieurs semaines. 

Cette solution n’est pas seulement possible et raisonnable, elle est par ailleurs, sinon la seule, en tout cas la mieux indiquée, pour aider au dépassement de cette situation de blocage politique et institutionnel, et éviter au pays le risque d’aller au chaos. Au demeurant, c’est cette solution que le peuple n’a de cesse de réclamer inlassablement depuis près de cinq mois. Et aucune autre. La preuve, la solution constitutionnelle, expérimentée à travers le processus électoral engagé durant l’intérim légal d’Abdelkader Bensalah, s’est soldée par un échec retentissant. Mais dont le régime ne semble, cependant, pas avoir tiré les enseignements qu’il faut. 
Ou ne veut pas en tirer. Le chef d’état-major de l’ANP, qui s’est de nouveau exprimé publiquement hier sur la situation qui prévaut dans le pays, a exclu toute alternative à l’élection présidentielle, laquelle, il faut le dire, reste une perspective plus que jamais incertaine. Les prémices de l’échec de la solution électorale à la crise sont d’ailleurs là, échec mis en évidence par la mobilisation des Algériens qui n’a pas subi l’érosion du temps et devant laquelle toutes les manœuvres et autres ruses ont lamentablement échoué. Mal engagé, le dialogue politique prôné par le pouvoir menace de s’en aller à vau-l’eau. 
La répression de plus en plus brutale opposée aux manifestants, notamment ceux déployant l’emblème amazigh ou scandant des slogans hostiles au régime, et dont certains sont en détention préventive, n’est pas pour faciliter la concertation souhaitée, y compris avec les parties qui affichent une disponibilité à aider le régime à appliquer sa feuille de route. Nombre de ces parties, des partis politiques notamment, réclament la libération des détenus d’opinion et l’apaisement de la situation comme préalable à toute discussion. Faisant la sourde oreille à cette demande, le régime “coince” le pays, pour reprendre une vieille dame dont la vidéo diffusée sur les réseaux sociaux fait sensation. Une situation intenable à la longue.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER