Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

editorial / ACTUALITÉS

Le bal des comploteurs

Le FLN renoue avec ses travers, l’intensité en hausse puisqu’intervenant sur fond de 5e mandat pour Bouteflika et la session de son comité central où l’on voudra mettre en jeu la tête du secrétaire général, Djamel Ould Abbes.
La nouvelle fronde ne s’encombre même plus de formes pour s’opposer frontalement au SG défiant jusqu’à son autorité avec une sommation de rejoindre le train du 5e mandat ou de rester sur le quai. Un ton d’agent de débarquement qui dicte la nouvelle ligne de conduite suivant sa feuille de route. Dans le wagon sont listés des responsables, ministres et autres, mis de côté en raison de leurs écarts par rapport à leur serment d’allégeance et de fidélité au chef de l’État. Et c’est au député d’Annaba, Tliba, un transfuge, qui est passé de Belkhadem à Saâdani, a gravi les échelons de l’APN pour en devenir vice-président, qu’a échu la mission d’ouvrir le nouveau front avec la direction de son parti. Cela au risque de provoquer une autre scission et de précipiter la désintégration du parti, déjà largement affaibli.
Cette initiative aux visées, par-delà l’alibi du 5e mandat, non précises risque, cependant, de se heurter à un sérieux obstacle et de taille : la coordination des comités de soutien au programme du Président, dont le président était Amar Saâdani, et qui demeure active à travers tout le pays. Sans compter les instances locales du FCE qui sont autant de soutiens politique et financier pour le Président s’il venait à se représenter. Quel poids aura donc cette nouvelle coordination composée pour l’instant de personnalités que le Président lui-même a eu à écarter et sans que l’on sache si vraiment elles adhèrent à cette démarche anticipée ?
Autre hypothèse : le député Tliba, visiblement isolé, fait le rappel de ses anciens mentors pour continuer à exister politiquement dans la périphérie du cercle présidentiel en prenant le risque de s’attaquer à la tête du parti qui l’a adopté. Aussi voudra-t-il, probablement, précipiter son adhésion à l’idée répandue selon laquelle Ould Abbes est arrivé en fin de mission pour être dans les bonnes grâces de son successeur ? Rien n’est moins sûr dans la mesure où il n’y a aucun écho perceptible dans son entourage à cette surprenante sortie. Ou alors, cela participe-t-il simplement de la stratégie de brouillage des pistes dans laquelle excelle le système pour gagner du temps, le temps de trancher la question de la présidentielle de 2019 ?


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER