Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

editorial / ACTUALITÉS

Le grand serment et les petites phrases

Le chef d’état-major de l’ANP vient de nous redire ce que l’on a toujours entendu mais dont personne n’a jamais été convaincu : l’armée se limite à assumer ses missions constitutionnelles et s’interdit d’être partie prenante dans les joutes politiques et électorales. Après avoir fait et défait tant de présidents de la République depuis l’indépendance du pays, il en faut certainement beaucoup plus à la “grande muette” pour qu’un tel discours ait quelque chance de faire mouche au sein de l’opinion publique. Il faut surtout qu’elle montre, par les actes et non par des professions de foi, qu’elle s’est désormais éloignée du champ politique.
Or, ce n’est décidément pas le cas. Du moins, pas encore. Se voulant solennel et empreint de détermination, le grand serment de neutralité du chef d’état-major de l’ANP aura tout simplement démontré que l’armée ne s’est pas libérée de ses bonnes vieilles attaches politiques. Preuve en est que dans sa réplique même à l’appel du président du MSP, il s’est laissé aller à une vraie prise de position politique, voire électorale.
N’est-ce pas le cas lorsqu’il accable des acteurs politiques, leur faisant un procès en règle, en les accusant, entre autres, de ne pas s’occuper “des préoccupations des citoyens” ? Ou encore lorsqu’il évoque “certaines parties prêtes à mettre l’Algérie en danger pour arriver à leurs fins ou pour sauvegarder ou réaliser leurs intérêts personnels abjects” ?
Ces petites phrases, prononcées à l’appui du grand serment de neutralité, ont pour effet immédiat de rendre celui-ci caduc, nul et non avenu. Car ce faisant, le vice-ministre de la Défense nationale met les deux pieds, volontairement ou pas, au centre de l’arène politique, en évaluant, au nom de l’institution militaire, l’action de certains partis et personnalités politiques. Publiquement, à l’écran de la télévision publique. Mais pas seulement : il va même jusqu’à les suspecter, tout aussi publiquement, de nourrir des desseins funestes pour le pays. Le FLN et le RND n’auraient pas usé d’autres griefs envers l’opposition au beau milieu d’une campagne électorale !
De cette sortie médiatique du chef d’état-major de l’ANP, le FLN et le RND retiendront, bien évidemment, le grand serment et s’attelleront à le répercuter, à lui faire écho. L’opposition se souviendra plutôt des petites phrases. La campagne peut commencer…


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER