Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

editorial / ACTUALITÉS

Le serment de la grande muette

Fortement agacée par l’attitude pour le moins sournoise du clan présidentiel face aux revendications politiques mises en avant par le peuple algérien depuis plusieurs semaines, l’armée s’est retrouvée contrainte de mettre les pieds dans le plat pour extirper le pays d’une impasse qui aurait pu le précipiter dans le chaos. Cette nouvelle intrusion de la grande muette sur la scène politique semble avoir provoqué le déclic espéré puisque juste après la salve du chef d’état-major, Ahmed Gaïd Salah, la présidence a carrément capitulé, en annonçant le retrait du chef de l’État de ses fonctions. 

À travers son discours au ton franchement martial, le patron de l’armée est allé jusqu’à faire siennes les revendications du mouvement citoyen, promettant de veiller lui-même à leur concrétisation. Certes, le chef d’état-major n’est pas à son premier discours aux relents panégyriques à l’égard du peuple algérien. Mais dans son dernier laïus, il s’est montré complètement acquis à cette cause, jurant même de donner corps à toutes les doléances. “Nous soutiendrons le peuple jusqu’à ce que ses revendications soient entièrement et totalement satisfaites.” Les propos ont le mérite de la clarté. Mais les Algériens sont-ils pour autant rassurés par ces discours flatteurs ? 
Difficile d’y répondre pour le moment même si la rue a tout de suite constaté l’effet de cette nouvelle sommation de l’armée qui a instantanément provoqué la chute de la bande de Zéralda. Cependant, chat échaudé craint l’eau froide. Le peuple algérien sait pertinemment que l’armée fait partie intégrante du système, dont elle est, sans aucun doute, l’entité la plus influente, bien que ses dirigeants se soient toujours défendus de se mêler de politique. 
Mais cela constitue-t-il une raison suffisante pour douter de la sincérité de l’encadrement de l’armée dans ses engagements pris de satisfaire les desiderata du mouvement populaire ? Pour donner de la consistance à ses promesses, le chef d’état-major s’est même cru obligé de “jurer devant Allah et devant la patrie et le peuple” qu’il n’épargnera aucun effort à cette fin “quoi qu’il m’en coûte”. Une relecture attentive de l’intervention du patron de l’armée permet de déceler l’estampille d’un serment de la grande muette à l’endroit du peuple quant à protéger la révolution pacifique qui a ébloui le monde, en matérialisant les espoirs des manifestants. C’est justement à l’aune des résultats de ce processus que l’on pourra jauger le degré de la bonne foi des dirigeants de l’armée. Le peuple ne demande qu’à voir. 

 Hamid Saïdani


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER