Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

editorial / ACTUALITÉS

Le temps du doute…

Le doute plane sur le 5e mandat. Doit-on pour cela croire le thuriféraire Ould Abbes lorsqu’il surprend, soudainement, en opérant ce virage inattendu laissant derrière lui s’émietter sa certitude et son slogan sur la nécessité de la continuité ?
Bien entendu, ce politique atypique, avec des positions fixes sur le Président mais volatiles sur les autres questions, qui anticipe sans se risquer à “briser” le parapluie présidentiel dont il se couvre, semble cette fois se résigner à un aléa inédit pour trop s’aventurer dans le deadline de 2019. Et il a bien des raisons de s’inquiéter après avoir fait le vide autour de lui.
Même son fameux bilan devant assurer son option de “la continuité”, garantissant la stabilité, est tombé en ruine dans la cascade de scandales qui font la une, même à l’international. Et, à défaut de poursuivre son offensive prématurée pour le 5e mandat, contrarié par ce feuilleton de l’été, il se rabat, contraint, sur le consensus, concept inexistant dans son lexique, pour un éventuel rapprochement avec les formations dociles domptées à coups de privilèges par son mentor, le Président, qui les a adoubées.  
Le FLN n’a aucun monopole ; c’est un parti comme les autres… mais, glisse-t-il, subrepticement, plaide pour un candidat du consensus. Contredisant ses alliés qui chantent toujours cette rengaine de “l’appel au 5e mandat”, tel un gymnaste, d’une simple phrase, peut induire le changement d’optique qui renseigne sur la fragilité de la base de son option initiale.
Il est à se demander quel argument il reste à Ould Abbes pour défendre sa posture alors qu’il a puisé son capital acquis auprès du Président, sachant que son revirement n’est pas dicté par l’instinct naturel d’un politique averti.
Plutôt de survie, devant les assauts de ses adversaires internes et de ses alliés qui maintiennent le cap, malgré leurs hypothèses aléatoires, que de survivre au 5e mandat, il joue ainsi un atout pour la sauvegarde du système. Mais persiste le doute.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER