Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

editorial / ACTUALITÉS

L’énigme

Il court, depuis son retour en Algérie. Il a parcouru les zaouïas du pays, qui lui apportent leur onction pour le blanchir plus blanc après avoir plaidé son innocence sur des plateaux télé, avant de prendre option pour une autre trajectoire toujours dans le même sens, en allant à travers le pays louer sa vision sur l’avenir sans pétrole. Avec en prime une stratégie de sortie de crise. Lui, c’est Chakib Khelil, invité par des associations qui gravitent autour du cercle présidentiel, des hommes d’affaires plus ou moins proches, dans des cercles restreints — sorte de huis clos intimiste — où sont sélectionnés les médias chargés de vulgariser sa pensée. L’homme, innocenté sans passer par la case justice, avait annoncé sa disposition à mettre au service du pays son savoir, ses connaissances et sa compétence. Une offre de service emballée malheureusement dans une démarche globale qui renseigne sur des desseins plutôt politiciens que patriotiques.  
Si telle est simplement sa volonté, en tant qu’expert dans le domaine des énergies, qu’est-ce qui l’empêcherait d’aller faire la promotion de ses thèses publiquement sans se faire escorter par un cordon sécuritaire loin des regards curieux ? Ses sorties, en tous points de vue, ressemblent à des activités clandestines “officielles”. Sinon, par-delà ses contradictions sur le pétrole, option du pompage maximal quand il était ministre et réduction une fois en dehors des affaires, notamment, qu’est-ce qui aurait interdit à Chakib Khelil, fort d’un soutien en haut lieu, d’aller convaincre de la justesse de ses vues auprès des concernés ? Car, en définitive, c’est toute sa démarche qui pose problème auprès de l’opinion publique tant l’homme a tendance à se placer, dans des conditions assez surprenantes, dans la posture du sauveur avec des recettes qu’ignore le gouvernement qu’il ne s’empêche pas d’égratigner. Énigme !


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
1 réactions
sanfarcio le 25/12/2016 à 13h27

Chakib khellil ou bien les islamistes ???? Après Bouteflika, qui, quoi ? A choisir.... on préfèrerait encore l'économiste distingué, même si d'une honnêteté... discutable...

Commentaires
1 réactions