Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

editorial / ACTUALITÉS

Les meilleurs ennemis

Ce n’est encore qu’un duel à fleuret moucheté  que se livrent le FLN et le RND. Le premier, par la voix de son secrétaire général, ne rate aucune occasion pour titiller son meilleur ennemi dont le responsable se trouve être le Premier ministre. Ce faisant, il n’omet pas de rappeler que son parti est majoritaire dans toutes les institutions nationales, régionales et locales comme il n’oublie pas de rappeler, à qui veut l’entendre, que le président de son parti est le président de la République qui personnifie l’État. Cette guerre fratricide fait les choux gras de l’opposition qui relève que l’échéance présidentielle de 2019 est déjà au centre des échanges d’amabilités de ces deux partis de la majorité présidentielle et la cause d’un divorce que ni l’un ni l’autre n’osent assumer. Ils se résignent à un compagnonnage forcé parce que décidé par le président de la République. Confronté à une opposition dans son propre parti, suite aux récriminations qui lui sont faites quant au choix des listes arrêtées lors des dernières élections du 23 novembre, Ould Abbes essaie de contenir le mécontentement  et promet un avenir meilleur aux Algériens,  alors que les clés de toute décision, surtout celle relevant de l’économie, sont entre les mains du Premier ministre, son meilleur ennemi.
Cette cacophonie a atteint un niveau ubuesque lorsque le FLN a décidé de la tenue d’une tripartite bis à son siège alors que celle-ci a eu lieu avec le responsable de l’Exécutif, nommé par le chef de l’État. Le partenariat public-privé  qui était à l’ordre du jour avec le Premier ministre, le patron de la Centrale syndicale et celui du Fce a été revisité par le secrétaire général du Fln qui a défendu, bec et ongles, le secteur public, alors que ce n’est ni de son ressort ni de ses attributions. À Blida et à Tizi Ouzou, Makri du Msp n’y est pas allé avec le dos de la cuillère. La virulence de ses propos pour qualifier cette rencontre semble être un signe annonciateur d’un positionnement pour les échéances de 2019.

Par Outoudert Abrous
abrousliberte@gmail.com


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER