Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

editorial / ACTUALITÉS

Ministère ou bureau d’enregistrement

Si l’on regarde de plus près, le département du Commerce n’a été, finalement, jusqu’à un passé très récent, qu’un simple bureau d’enregistrement. Une structure chargée de comptabiliser les importations, pas l’argent puisque l’argent du pétrole coulait à flots. C’est dire que l’actuel locataire du ministère a un immense chantier à remettre en ordre et surtout à structurer. Ces défaillances, surtout dans le commerce extérieur, ont été mises à nu depuis que le pays traverse une crise financière aiguë. Sans tableau de bord et sans statistiques fiables sur les intervenants dans cette niche juteuse, le ministère, se trouvant dans l’urgence de revoir le commerce extérieur, a pris des décisions plus administratives que logiques. Les licences d’importation ayant montré leurs limites, il a été décidé de faire baisser la facture des importations en supprimant certains produits qui s’avèrent être indispensables comme intrants à la production nationale. Heureusement que la raison l’a emporté sur l’oukase. Depuis une semaine, des réunions regroupent les producteurs nationaux  de ces produits interdits avec les opérateurs utilisateurs qui risquaient de mettre la clé sous le paillasson. Cette approche de concertation, selon les participants, a été très utile pour tous. Lors d’une de ces réunions, un participant a demandé qu’on lui explique pourquoi la banane est autorisée à entrer alors que la pulpe de banane, servant d’arôme, ne l’est pas ?
L’autre anomalie qui concerne les importations anarchiques et sans traçabilité ni contrôle vient d’être corrigée par un décret réglementant l’acte d’importer. Avant, il suffisait d’acheter un registre du commerce, de faire venir des containers, de les vendre en gros sur le marché de l’informel et de disparaître dans la nature pour revenir pour une autre opération avec un autre registre du commerce.
En conclusion, la chute du prix du baril est plus une bénédiction qu’une malédiction si cette dernière aboutit, enfin, à une gestion saine et transparente du secteur.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER