Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

editorial / ACTUALITÉS

Mystification pour un sursis

Plus officiellement que jamais, le FLN a lancé hier son cri de ralliement : la poursuite du “programme de Son Excellence le président de la République”. Lequel programme n’existe pas réellement, si ce n’est celui qui tient en deux mots : stabilité et continuité. Ne nous attardons pas sur ce show folklorique  organisé hier à la Coupole du complexe Mohamed-Boudiaf. Les Algériens connaissent, depuis des années, les “secrets” de ces exhibitions qui ne sont qu’une insulte à la pratique politique saine. Intéressons-nous à ce qui est proposé pour l’Algérie en cette année 2019.
La stabilité est présentée, comble d’ironie, comme une fin en soi, et les citoyens sont sommés de s’en contenter comme d’une réalisation prodigieuse. Or, l’on sait que, jusqu’ici, seul l’argent du pétrole a évité au pays d’entrer dans un cycle de récession économique que n’aurait pas pu endiguer “la gouvernance judicieuse” de Bouteflika. Sans cette longue embellie financière que l’on doit au prix du baril qui atteignait des niveaux miraculeux, l’Algérie aurait sans doute basculé dans des troubles que la répression n’aurait pas pu empêcher. Pendant 15 ans au moins, le gouvernement a dépensé pour s’offrir la stabilité car seule celle-ci pouvait permettre au pouvoir de demeurer en place et aux affairistes de faire fructifier leurs affaires et d’étendre leur influence, jusqu’à devenir, pour certains, maîtres de la décision politique et économique. Mais, chemin faisant, ladite stabilité n’a pas permis à l’Algérie de faire autre chose que du “surplace”. Et, sur bien des tableaux, le pays a même régressé.
Voilà d’ailleurs qui fait de la “continuité” une mission impossible et les responsables du FLN le savent autant que ceux du RND et des autres partis “alliés”. Pour une raison très simple : on ne peut pas continuer une “œuvre” qui a coûté quelque 1 000 milliards de dollars, à présent que les caisses de l’État sont quasiment vides, sachant qu’il n’y a aucune chance de les voir se renflouer à court ou moyen terme. Mais l’“Alliance” n’en a cure. Elle s’est investie pour la promotion du 5e mandat et, dépourvue d’arguments sérieux, elle se voit contrainte de faire de la mystification. Pas de souci, puisque, par ailleurs, ses membres ne savent faire que cela. Ils s’y attellent donc, cette fois-ci avec plus d’ardeur, car c’est pour eux une question de survie. Mais ils n’y gagneraient, au mieux, qu’un sursis.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER