Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

editorial / ACTUALITÉS

Ouyahia ou le rêve du plan B

Embusqué jusqu’au soupçon dans sa propre périphérie, son ambition trop affichée en 2014 étant restée comme un mauvais souvenir à son actif, Ahmed Ouyahia se découvre et anticipe sur la promotion du 5e mandat, rompant avec son discret conditionnel soutien à cette option. Sans être un sérieux baromètre, sa franchise renseigne néanmoins sur la prépondérance du plan A qui le relègue, lui, en potentielle alternative. Un plan B aléatoire.
Avec le même zèle, il devance ses concurrents et alliés dans cette course au soutien à un 5e mandat pour le Président qui, paradoxalement, ne se prononce même pas.
Son message s’adressant à qui de droit, il met les pieds dans le plat (du 5e mandat) mais se place aussi, avec sa disponibilité non feinte, sur la liste des options de rechange en misant, avec sa sortie inattendue, sur sa fidélité renouvelée (au système). Un gage supplémentaire pour gagner les faveurs des décideurs et figurer, le cas échéant, sur les tablettes de leurs probabilités.
Plus qu’une tentative de se placer en bonne position dans le jeu à huis clos du système, qui, tout compte fait, n’entend pas lâcher du lest sur la question de l’alternance, du moins concernant le prochain mandat, Ouyahia fait le marketing de “sa personne” et de son endurance par rapport à ses adversaires internes. S’inscrit-il ainsi dans la perspective d’un deal pour lequel il est prêt ? C’est d’ailleurs avec le même zèle qu’il défend le bilan du Président qui, en partie, est le sien. Abstraction faite des coups qu’il reçoit, venus essentiellement de son propre camp, qu’il encaisse en silence. Parce qu’il est dans la trajectoire de son ambition qui nourrit depuis longtemps une large méfiance autour de lui.
Toutefois, tout cela ne risque pas de faire oublier qu’Ouyahia n’est pas le maître de la partition qui se joue loin du public ni des cercles visibles du pouvoir. Se contentera-t-il du rôle qui lui sera dévolu et de celui de répondre à ses détracteurs qui ferraillent pour obstruer son ascension ?


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER