Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

editorial / ACTUALITÉS

Quand la forme peut trahir le fond

Un Forum civil pour le changement, dans lequel sont représentées, selon son coordinateur, quelque 70 associations, vient de se faire connaître. Il s’ajoute ainsi à cette noria de regroupements de forces politiques et sociales qui se proposent, chacun de son côté, de lancer une “initiative” ou de “jouer un rôle” dans la recherche d’une sortie de crise pour le pays.

Hier, et en guise de première sortie publique, ledit Forum est allé droit au but. Ne se contentant pas d’appeler au dialogue ou de l’adopter comme unique solution de sortie de l’impasse politique actuelle, ses animateurs ont pris le taureau par les cornes pour annoncer, sans préalable aucun, une liste de personnalités devant composer le panel qui aura à conduire les pourparlers. Or, l’on sait, grâce au communiqué rendu public avant-hier par la présidence de la République, que celle-ci s’apprête à publier “bientôt” la liste des personnes appelées à organiser le dialogue tel que décliné dans le discours prononcé le 3 juillet par le chef de l’État intérimaire. S’agit-il donc, pour ce Forum, de suggérer, au nom de la “société civile”, des figures à porter sur cette liste, histoire de donner plus de crédit à ce panel dont la composante ne serait donc pas choisie unilatéralement par le pouvoir ? Mais alors, pourquoi y a-t-on ajouté le nom de Djamila Bouhired à son insu ? L’icône de la Bataille d’Alger vient en effet de démentir tout contact avec quiconque au sein du Forum. Et ce n’est pas tout : d’autres personnalités, également citées parmi les “13”, ne sont pas forcément partantes. Certains, comme Nacer Djabi, disent déjà leur refus de participer à un quelconque dialogue sans la satisfaction de ces préalables non négociables que sont, notamment, la libération des détenus d’opinion et des manifestants incarcérés et le respect des libertés individuelles et collectives, celle de manifester pacifiquement à Alger et ailleurs. Et il est certain que d’autres encore vont hésiter à répondre à l’appel du Forum, par conviction ou simplement par crainte de se fourvoyer dans une démarche qui écornerait leur image aux yeux de l’opinion. Le risque, au final, est de voir la liste des “13” vidée de ceux qui auraient pu lui conférer de la crédibilité. Il n’y resterait alors, au mieux, que des inconnus. Et cela ne manquerait pas de nourrir des suspicions.
Inutile donc de chercher à évaluer l’initiative dans le fond. Ses initiateurs l’ont peut-être déjà condamnée pour l’avoir mal engagée dans la forme. Peut-être ont-ils oublié, dans la précipitation, qu’en politique, c’est souvent la forme qui détermine le fond. Et qui, quelquefois, le trahit.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER