Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

editorial / ACTUALITÉS

Recadrage

En inaugurant la Foire de la production nationale, le Premier ministre Ahmed Ouyahia a recadré les concessionnaires automobiles devenus assembleurs de pièces par la grâce de l’ancien ministre de l’Industrie et des Mines,  Bouchouareb. Pas moins de 60 projets dans ce secteur ont été identifiés ! Certains ont même commencé leurs activités ou, tout au moins, ont eu les terrains d’assiette et construit les ateliers d’assemblage. En effet, il n’y a aucun pays au monde qui affiche ce nombre sur autant de gammes alors que l’intégration est insignifiante, sinon inexistante. Le système SKD (kits importés prêts à être boulonnés) est devenu une aubaine pour remplacer l’interdiction d’importation de véhicules décidée suite à la baisse des recettes d’exportations des hydrocarbures. Parce que l’automobile est un produit porteur et demandé en Algérie, beaucoup se sont engouffrés dans ce créneau que les pays producteurs ont délocalisé pour des raisons d’environnement et de non-rentabilité. D’autant que la plupart des concessionnaires n’ont rien à voir avec l’industrie automobile, sauf qu’ils ont accès à des crédits bancaires et à certains cercles du pouvoir. Aujourd’hui, la réalité est autre. Le Premier ministre l’a réaffirmé en disant que les devises qui restent pourront servir à d’autres priorités que le véhicule. Il reprend, avec plus de tact, les remontrances de son prédécesseur Tebboune qui a dénoncé violemment cette arnaque.
Sur ces 60 projets annoncés dont une dizaine activent ou sont sur le point de l’être même si certains n’ont pas encore l’autorisation, combien tiendront-ils la route quand le marché national sera saturé dans moins de trois ans ? Une perte sèche pour le pays qui n’aura pas eu le temps de mettre en place une chaîne de sous-traitance en pièces détachées. Quant à la perspective d’exporter, le Maroc a pris plusieurs longueurs d’avance en créant une zone franche, des ports adéquats, une logistique et des plateformes détenues par les constructeurs eux-mêmes.

Par Outoudert Abrous
abrousliberte@gmail.com


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER