Scroll To Top

editorial / ACTUALITÉS

Une leçon d’histoire

à ceux qui l’ont infantilisé, méprisé, sous-estimé, le peuple algérien a donné hier et à travers tout le pays, pour le deuxième vendredi consécutif, une leçon de maturité et de responsabilité. D’Est en Ouest, du Nord au Sud, il a investi la rue pour répliquer de la manière la plus cinglante aux pontes du système qui n’ont eu de cesse, ces derniers jours, de lancer à sa face les provocations les plus exécrables. On lui a ressorti la rengaine de l’insécurité vécue par le pays dans les années 90, on a brandi le spectre des guerres syrienne et libyenne, on l’a mis en garde contre toute velléité d’exprimer dans la rue ses opinions…, mais il a bravé toutes les menaces et intimidations pour reprendre un droit qu’on lui a confisqué depuis tant d’années, celui de décider de son avenir. Les images qu’il a renvoyées de toutes les contrées de ce vaste territoire à ses détracteurs nous rappellent celles vécues par nos aînés à l’indépendance du pays. Le fait que les dizaines de marches qui ont rassemblé hier des millions de citoyens se soient déroulées dans le calme et une ambiance festive constitue une nouvelle gifle pour le pouvoir en place, lui qui est plutôt habitué à user de tous les moyens répressifs pour tordre le cou à la parole libre.
Cette reconquête de la rue par le peuple a charrié des images que l’on voudrait voir tous les jours, tant les Algériens ont manifesté dans une ambiance familiale, joyeuse et colorée, où se sont mêlées toutes les franges de la société. Hommes, femmes, jeunes, vieux, enfants… étaient au rendez-vous avec l’Histoire pour dire que ce sont eux, et personne d’autre, les dépositaires de l’avenir de la nation. Les personnalités politiques, toutes tendances confondues, se sont fondues dans la masse des manifestants, évacuant, pour la circonstance, leurs engagements partisans.
La véritable réconciliation entre Algériens était là sous nos yeux, éblouis par tant de fraternité, d’harmonie et de générosité. Les citoyens n’avaient pas besoin de beaux discours, ni de mots d’ordre soufflés par quelques officines ou organisations pour le faire.
En multipliant les gaffes à l’égard d’un peuple qu’il n’a cessé de brimer, le système politique a réussi, de façon formidablement prodigieuse, à faire l’unanimité contre lui auprès des Algériens. à ceux qui tablaient sur l’essoufflement de leur révolte, ils ont répondu de la plus éclatante des manières. Pour l’Histoire.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER