Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Enquête

Retrait d’agrément à Castle Job

À quelle logique obéit la décision ?

Le 21 juillet 2009, l’entreprise algérienne Castle Job, société à responsabilité limitée (Sarl), chargée du placement des travailleurs, a été agréée la première par l’État. Castel Job a ouvert ses portes à Birtouta et affichait, dès le départ, ses ambitions. Ses responsables espéraient ouvrir, à la fin de septembre 2009, deux “pôles” à Mostaganem et à Bordj Bou-Arréridj, pour couvrir l’ouest du pays et la région Est. La Sarl prévoyait aussi de créer des antennes dans toutes les wilayas du pays, d’ici à 2012.
Quelques mois plus tard, Castle Job s’est vu retirer son agrément. En décembre dernier, Mme Chibane, directrice générale de l’Anem, a confirmé le retrait de l’agrément “d’une septième agence”, en refusant tout commentaire. Mais, à en croire certaines sources, la décision fait suite au non-respect du cahier des charges. Selon la nouvelle législation, le retrait d'agrément est prononcé dans les trois cas suivants : manquement aux obligations résultant des dispositions légales et réglementaires, non-respect de la convention et/ou du cahier des charges, dysfonctionnement ou cessation d'activité. La loi précise que le retrait d’agrément entraîne “la dénonciation de la convention et la cessation de l’activité de placement” à la date fixée par l’arrêté qui le prononce.