Scroll To Top
FLASH
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Enquête

C’est le quartier le plus déshérité de Saïda

“Comandar”, le miroir aux alouettes

Saïda, cette belle ville distante de 578 kilomètres d’Alger, compte aussi ses plaies. À première vue, elle  paraît sublime : construction coloniale à la pierre bleue avec des grandes placettes. La ville est entourée de vastes vergers et de terres agricoles. Une vraie perle. Pourtant, la banlieue ainsi que la périphérie de la ville réservent bien des surprises… Il est 8 heures ce jeudi 1er décembre. Il ne fait pas plus de 4 degrés. Le froid sec lacère nos doigts qui sortent à peine de nos manches. Direction le bidonville du Commandant-Madjdoube, dit “Comandar”,  à quelques pâtés de maisons du centre-ville de Saïda. Il est situé entre la rive de l’oued Saïda  et le vieux pont, et il est traversé par la voie ferroviaire qui part vers Mécheria. Dans le quartier “Comandar”, l'eau et l'électricité sont des denrées rares.  Brahim Lakhdar, la cinquantaine bien entamée, vit avec sa femme et sa fille de 10 ans dans ce quartier. La chambre de 3m qui leur sert de maison est sans fenêtre, ni aucune autre bouche d’aération. La baraque est construite en parpaing, sa toiture est en zinc. La seule issue est une porte de fourgon récupérée dans une fourrière adossée à l’entrée du gourbi. À l’intérieur, l’odeur de la moisissure est insupportable. Des ustensiles de cuisine déposés çà et là, servent à récolter l’eau pluviale qui s’infiltre de la toiture.  “Regardez notre situation ! Il nous arrive d’utiliser cette eau pour laver notre linge afin d’économiser l’eau potable”, confie Brahim. En colère, il accuse les pouvoirs publics d’indifférence sous prétexte que les habitants de bidonvilles ne paient pas d'impôts. “Le ministre de l’Agriculture est venu, il y a 2 ans. Il a donné l’ordre aux responsables de la wilaya de nous reloger dans le cadre du recasement agricole”, raconte-t-il. “Dites aux autorités locales que nous sommes des morts vivants. En été on souffre des épidémies et des infections à cause des eaux usées qui se déversent dans l’oued, et l’hiver on crève de froid”, renchérit Aïcha, une voisine. Elle raconte qu’un bébé est déjà mort de froid et qu’une femme est tombée dans l’oued. “L’année dernière, nous nous sommes retrouvés ensevelis sous la neige. Ce sont les pompiers qui nous ont dégagés, puis ils nous ont demandé de quitter nos demeures. En voulant s’enfuir, ma voisine est tombée dans l’oued, elle a été retrouvée morte”, se rappelle la mère de famille. La majorité des habitants de “Commandar” occupent leur taudis depuis plus de douze ans. Ils ont fui les douars de la wilaya, infestés de terroristes durant les années 90. La plupart viennent de Hassania, Amoura et Oum Toub. “Seul le centre-ville de Saïda était sécurisé”, argumente Aïcha. Kada, 24 ans, étudiant au centre de formation professionnelle, reconnaît que son stage ne lui servira à rien. “Le taux de chômage dépasse les 50%”, fait-il observer dépité. Ce bidonville comporte plus d’une centaine de familles. La majorité des chefs de familles ne travaillent pas. Les seules personnes qui ont un emploi sont des manœuvres dans des chantiers privés. “On travaille deux fois par semaine, pas plus, et on touche entre 200 et 300 DA la journée”, nous dira Hama.        

La misère ne s’improvise pas
Les murs sont couverts de slogans dénonçant un mode de vie des plus précaires, “nous voulons vivre… nous sommes fatigués de la zatla,”  lit-on çà et là. Les résidents du bidonville ne les voient plus. Un homme passe. Ses chaussures sont embourbées et sa kachabia est en lambeaux. Il marche vite, suivi de son fils qui s’accroche à ses talons. En voyant un étranger avec un calepin à la main, son regard s’illumine. “Vous êtes de la wilaya ou de l’APC ? Vous êtes venus nous recenser ? Attendez, ne partez pas, je vais ramener mon livret de famille ! Vous pouvez inscrire mon frère, il est parti travailler à Sidi Bel-Abbès...”, demande-t-il par saccades. Smaha Chikh a débarqué dans le quartier de Dhar Chih, il y a trente-deux ans. “À l’époque, j’avais à peine 34 ans, lorsque je suis descendu de mon village qui se trouve sur le flan du djebel Aïch. C’était en 1974”, raconte-t-il. Il explique que son voisin, Djalouli Kada, habite ce quartier depuis 1965. “Je suis originaire d’El-Bayadh. Dans le temps, je travaillais  comme gardien chez un Français. Je suis descendu à Saïda, trois ans après l’indépendance. Je voulais habiter la grande ville. Finalement, je me suis retrouvé dans ce bidonville sans boulot. Je me suis marié, j’ai eu mes enfants, qui se sont mariés à leur tour. Et je mourrai sûrement ici”, confie Djalouli. Il explique, par ailleurs, qu’après son mariage, il a travaillé dans la société publique de SNATRO, jusqu'à son licenciement. “Depuis, j’ai acheté quelques moutons et je vis de leur élevage. Ce qu’ils me rapportent ne me permet pas de construire une maison. J’ai juste de quoi nourrir mes 12 enfants et la famille de mon frère, décédé dans ce bidonville en 1989”, ajoute-t-il.  Dhar chikh est l’un des plus grands et plus vieux bidonville de la wilaya de Saïda. Situé au milieu de terres argileuses, il est encerclé par trois cités : La cité El-Bader, la cité Ryad et la cité El-Nacer.  Les baraques sont faites avec de la pierre, consolidée avec une couche de  terre argileuse en guise de mortier. Les portes et les fenêtres sont en tôle rouillée. Les toits sont soit en tôle ou en amiante de ciment. Ces bicoques s’enchevêtrent l’une dans l’autre de manière à former des petits quartiers où végètent des tribus familiales
Farhana espère trouver de l’embauche dans les quartiers “chics” chez une des familles aisées, comme ses trois voisines qui sont des  “rouleuses de couscous professionnelles”. Elle ne connaît pas son âge, à peine celui de son fils. Ni elle, ni lui n’ont connu l’école. Ils ont passé toute la journée à faire du porte-à-porte cherchant du boulot. L’histoire de Farhana n’est qu’une seule parmi les 600 autres à Dhar chikh.
Chaque jour, des centaines de personnes affluent vers Saïda, poussées par la misère. Personne ne connaît au juste le nombre exact de la population qui vit dans les bidonvilles. Rien qu’au chef-lieu de la wilaya, six sites sont dénombrés, comportant chacun des centaines de familles. Six autres sites se trouvent dans la commune de Rahabia. Sur les  22 mille habitants que comporte cette commune, 6 000 personnes vivent dans des gourbis…
La moitié des habitants de Saïda est d’origine rurale. Ce sont pour l’essentiel des paysans ayant troqué leurs chaumières contre des gourbis. Croyant avoir fui à jamais la faim et la peur du terrorisme, ils s’éteignent d’une mort lente. 


Recasés, mais pas contents
30 familles du bidonville Douti Thabet ont bénéficié de logements sociaux dans une cité voisine. Un an après, ils déchantent. Et pour cause, aucun ne parvient à payer son loyer. M. Gouti explique qu’il est au chômage depuis le début de la vague du terrorisme. “Je suis un fellah, je travaillais mes propres terres situées à 22 kilomètres de cette commune. Avec le terrorisme, j’ai dû me rapprocher de la ville ; depuis je suis sans boulot et je croule sous les dettes. J’ai dû emprunter de l’argent pour pouvoir payer le pas-de-porte qui était de 30 000 dinars. Maintenant je ne peux même pas  payer mon loyer”, raconte-t-il. M. Gouti espérait être relogé dans son village pour pouvoir se réapproprier ses terres. Sa voisine de palier dut se désister de son logement social. “Khira n’avait pas de quoi payer son pas-de-porte. Elle est repartie avec ses enfants au bidonville.” Le loyer est de 1 007 DA…

N. A.