Scroll To Top
FLASH
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Enquête

Son apport en soins et diagnostic rayonne sur Hydra et ses environs

Grâce de la clinique du…Val

Créé en 2012, la clinique médico-diagnostic du Val fait preuve de performance. © D. R.

Le sens de la devise de l’établissement “le patient dans le cœur et la qualité pour servir” y est appliqué dans toute sa plénitude… De la médecine générale jusqu’à l’ensemble des spécialités, en passant par le laboratoire d’analyses, le centre d’imagerie… le patient admis en sort avec un bilan des plus fiables possibles.

Diplôme en main, elle part à la recherche d’un poste de travail dans une spécialité pour laquelle elle a sacrifié la majeure partie de sa jeunesse. Elle compte suivre son petit bonhomme de chemin durant lequel elle espère exercer en toute légitimité son talent dans le monde de la médecine et prouver ses compétences parmi ses confrères. Elle décroche alors un poste de travail avec brio à la Cnas. Avec un salaire conséquent, elle gagne pourtant bien sa vie en tant que jeune médecin fraîchement sortie de la fac. Ce premier succès, car c’en est un, la prédestinait à un avenir radieux dans son domaine de prédilection, celui de venir en aide aux malades et d’apaiser leurs douleurs. Au bout de quelques mois, elle s’aperçoit que la carrière à laquelle elle y tient tant ne peut se poursuivre sempiternellement derrière un bureau de consultation à attendre l’arrivée d’un malade. Avide d’aventures fabuleuses, passionnée des honneurs des triomphes et partisane des défis insurmontables à relever, le jeune médecin décide de suivre fidèlement son instinct qu’elle couve en fait depuis quelques années déjà. L’idée a germé dans sa tête. Docteur Abrous-Messar Ronaida, parce que c’est d’elle qu’il s’agit, prend la lourde décision de créer sa propre clinique. La touche du géniteur est clairement perceptible, cela dit, à travers la brillante façon avec laquelle l’initiatrice a entrepris les démarches. 

Parcours tortueux et ambition mesurée d’un jeune médecin 
Si ses compétences professionnelles prouvent ses prédispositions pour réussir un tel challenge, ses capacités matérielles et financières, en revanche, se dressent comme le premier rempart à cette traversée “médicale” qui s’annonce d’ores et déjà longue et parsemée d’embuches. La parade contre cette contrainte est toute trouvée. La jeune promotrice recourt à l’Agence de soutien à l’emploi de jeunes (Ansej). Elle sollicite assistance auprès des responsables de cette structure, qui se sont montrés aussitôt très emballés par un dossier à la fois original et innovant. Et là, débuta l’étape des péripéties très fertile en inconnues. Celle-ci, sera partagée avec celui qui deviendra son associé dans ce projet, le docteur Abed Nabil. Étant donné l’originalité et la spécificité du projet, première proposition du genre, la réglementation faisait défaut au sein de cette agence. Au début, c’était la bouteille à l'encre. Au bout d’une année d’interminables tractations adossées à un cheminement bureaucratique harassant, la structure sanitaire dénommée Clinique médico-diagnostic du Val vient au monde en 2012 presqu’au… forceps ! Une visite guidée des lieux permet de constater de visu le petit joyau, fierté de ces deux médecins. 

Une clinique médico-diagnostic de pointe
Situé à l’extrémité d’une impasse au Val d’Hydra, l’établissement se fond dans un assortiment bien agencé de somptueuses résidences. Tout un étage d’une vaste villa abrite la structure. Le calme et la sérénité qu’impose ce quartier résidentiel dicte clairement le choix du tandem. Les deux associés ont voulu offrir à la fois confort et tranquillité aux patients qui choisissent ce petit hôpital du jour pour leurs différentes consultations. Toute la philosophie qui a guidé la création de la clinique est bâtie autour d’un seul élément : le malade. Le patient occupe, en effet, une place prépondérante dans le cœur des praticiens qui se font le devoir de lui garantir des prestations de qualité. Il n’est point un hasard d’ailleurs, si la devise de l’établissement ait pour nom “le patient dans le cœur et la qualité pour servir”. Une fois sur les lieux, l’on est affriolé, de prime abord, par l’hygiène et la propreté qui y règnent en maître absolu. C’est nickel ! Cette condition sanitaire semble constituer l’une des intransigeances des gérants. Ils ont tenu la bride haute quant à la préservation de la salubrité dans l’enceinte. Étant classé centre de diagnostic par excellence, différentes consultations spécialisées sont ainsi assurées par l’établissement. De la médecine générale jusqu’à l’ensemble des spécialités, en passant par le laboratoire d’analyses, le centre d’imagerie… le patient admis en sort avec un bilan des plus fiables et possibles. “Le malade qui se présente chez nous a accès, sur le même lieu, à plusieurs prestations, dont les analyses médicales, la radiologie, l’exploration, la fibroscopie et autres examens approfondis”, explique Dr Abrous-Messar, rencontré sur les lieux. Outre le verdict thérapeutique, le patient bénéficie d’une prise en charge et d’un suivi rigoureux par un groupe de spécialistes à la fois chevronnés et talentueux, sous l’œil “superviseur” de la cheville ouvrière de la clinique, en l’occurrence Dr Abrous-Messar. “Les différents actes médicaux sont effectués sur place, sur la base d’un dossier qui circule d’un médecin à un autre, d’un bureau à un autre”, indique notre interlocutrice. Si la cible initiale visée était le grand public, cela n’a pas empêché les gérants de s’ouvrir au monde de l’entreprise. “Au début, c’était une mission ardue. Nous faisions du porte-à-porte, du lobbying. Mais avec le temps, nous nous sommes bâti une réputation dont la portée a franchi les frontières de la commune”, affirme en toute modestie la jeune manager. Une telle réputation leur a valu la signature de conventions avec des entreprises de renom. En plus des médecins contractuels, la clinique emploie en CDI une vingtaine de personnes entre praticiens et personnel paramédical. Une équipe jeune une moyenne d’âge de 26 ans- dynamique et surtout polyvalente. La polyvalence, voilà un mot que Dr Abrous-Messar répète d’une voix insistante tel un leitmotiv à l’adresse de son effectif. 

Des formules adaptées aux besoins du patient
La petite famille s’est aussitôt constituée. Les RDV sont pris sur le site web et une affable hôtesse appelle les gens pour prévenir et confirmer par là même leur venue à la date et à l’heure précises convenues. Pour offrir une expérience différente en matière de soins de santé, la clinique a créé des packs (formules) adaptés aux besoins du patient. Pour la femme enceinte, l’on suggère la formule maternité qui englobe un diagnostic, des consultations illimitées en gynécologie, cardiologie, endocrinologie-diabétologie, des échographies et un bilan sanguin. Toutes ces prestations proposées, plutôt... offertes à 6000 DA. Un même prix dérisoire est affiché pour la formule “maladies chroniques” qui inclut des consultations illimitées en cardiologie, diabétologie, endocrinologie, néphrologie, médecine générale et un bilan sanguin. Se faisant souvent de la bile pour les personnes âgées, les responsables de l’établissement ont mis en place la formule “Senior” à travers laquelle cette catégorie de citoyens bénéficie d’un ensemble non négligeable de diverses consultations. Outre l’électrocardiogramme (ECG), le vaccin antigrippal, le médecin généraliste et l’infirmier peuvent se déplacer vers les domiciles des patients pour des soins et autres examens médicaux. Ce sont autant de prestations fixées à 8000 DA. Par ailleurs, la Clinique du Val a lancé le Club “Medirelax” qui regroupe toutes les personnes souffrant de douleurs musculaires ou articulaires à qui l’on prévoit des séances de massages relaxants, de physiothérapie et de kinésithérapie. Pour 10 séances, le clubiste n’aura à payer que 7900 DA ! Parallèlement, la structure organise des semaines thématiques selon les maladies. L’on consacre sept jours pour la sensibilisation du grand public aux diverses maladies. Pour cette fois-ci, la direction a opté pour l’asthme. Du 26 au 30 avril dernier, à partir de 13h, le public intéressé était convié pour une consultation qu’a assurée un professeur en pneumologie. Il a sensibilisé le patient à cette pathologie, ses risques ainsi que les moyens de sa prévention. à cette occasion, la clinique prévoit une réduction de 50% sur les tarifs de la consultation et les examens complémentaires. Une autre maladie est prévue pour la semaine prochaine. Dans un autre registre, les responsables de la clinique ont désigné un responsable de l’hygiène, de la qualité et de la sécurité chargé du bon déroulement des tâches médicales. Ils ont également fait appel à une marketeuse pour coiffer les opérations de sondage des besoins exprimés par les malades. C’est à partir de l’une des études de la demande qu’il a été décidé d’investir dans la chirurgie dentaire. L’objectif d’une telle opération : “Offrir un service adéquat, au bon moment avec un bon rapport qualité/prix au profit d’une population ciblée”, explique Dr Abrous-Messar. 

Le satisfecit des patients 
Bonne nouvelle pour les patients : le cabinet dentaire est désormais opérationnel. Le responsable business et développement s’occupe, quant à lui, des démarches auprès des entreprises. La gérante de l’établissement ne semble pas du tout pressée de faire de grosses économies. Elle le dit si bien d’ailleurs : “Nous n’avons pas créé cette clinique pour devenir riches.” L’avis des habitants sur le prodigieux apport de la clinique en termes de diagnostic et de soins, qui rayonne sur tout le territoire de la commune et les autres quartiers de la capitale, suffit pour susciter la grande satisfaction de ses gérants, voire de tous ses employés… Des centaines de malades viennent quotidiennement des diverses localités, telles qu’El-Biar, Ben Aknoun, Bouzaréah, Hydra et Val d’Hydra pour une prise en charge sanitaire multidisciplinaire. Les quelques malades habitués des lieux contactés ne tarissent pas d’éloges sur l’établissement et son personnel. Leur satisfaction trouve son origine dans l’accueil chaleureux  soigneusement assuré avec un large sourire par deux adorables jeunes filles. Ils sont également subjugués par l’hygiène et la propreté des lieux et surtout les tarifs très abordables pratiqués. Ainsi, le bout de chou cher à Dr Abrous-Messar commence à faire ses premiers pas dans la vie et prend progressivement le dessus sur les périls de sa croissance sous l’œil chatoyant de ses concepteurs. Longévité à ce nouveau-né qui fête déjà son troisième anniversaire...   


B. K. 

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER