Scroll To Top
FLASH
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Enquête

Me Samir Sidi-Saïd, avocat spécialisé dans les dossiers de corruption

“Les jours à venir seront déterminants”

Affaire Khalifa, autoroute Est-Ouest, trafic de devises Alger-Alicante, banque Badr, affaire Algérie Télécom et tant d’autres encore. Me Sidi-Saïd a acquis, ces dernières années, une grande expérience dans le traitement judiciaire des dossiers de corruption, malversation et détournement de deniers publics. Il pense que “l’indépendance de la justice, ce n’est pas seulement l’indépendance du juge dans les décisions qu’il doit rendre. C’est aussi les mesures qui doivent accompagner cette indépendance. Ce n’est certainement pas le cas chez nous, où il est très difficile de mettre en pratique cette indépendance, vu l’environnement dans lequel les décisions sont rendues de manière abusive et arbitraire”. Se voulant plus explicite, il ajoute qu’“on ne peut pas parler d’indépendance de la justice avec des juges d’instruction sous tutelle du parquet et sans leur donner une liberté de décision et une autonomie d’investigation qui leur permettent de rendre des décisions justes, loin des pressions. Car le juge d’instruction est l’élément qui détermine la loyauté et la sagesse de la justice”.
Me Sidi-Saïd rappelle l’engagement du chef de l’État, exprimé à la suite des dernières révélations sur l’affaire Sonatrach, de permettre à la justice d’aller jusqu’au bout de ses investigations. Il affirme que “cela sera un test pour les magistrats chargés d’instruire les dossiers de corruption. Les jours à venir seront déterminants pour connaître l’indépendance ou pas de la justice”. Revenant sur le projet de loi régissant la profession d’avocat en voie d’examen par l’Assemblée nationale, Me Sidi-Saïd estime que l’indépendance de la justice, c’est aussi une défense forte. “On ne peut pas parler de l’indépendance de la justice que je considère comme un slogan, alors qu’on a voulu imposer un projet de loi concernant les avocats de manière unilatérale. Heureusement qu’avec la venue d’un nouveau ministre de la Justice, ce texte a été gelé et j’espère qu’il le restera. Faire passer cette loi, c’est imposer une dictature judiciaire et provoquer la mise à mort de la profession d’avocat qui est une profession de liberté”, conclut-il.


N. H.