Scroll To Top
FLASH
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Enquête

Des algériens ont échappé au procédé des escrocs alors que d'autres ont été piégés

Time-Chair : la grande arnaque de l’immobilier-connexion

Beaucoup de touristes ont laissé des plumes dans les pays du Golfe et du Moyen-Orient. La filière internationale spécialisée dans le trafic de l’immobilier tente vainement de “vendre” ses produits sur le territoire algérien. Mais, c’était compter sans la vigilance des services de sécurité qui ont débusqué les auteurs.


“Madame, Monsieur, vous venez de gagner une superbe voiture. Rendez-vous chez nous pour vous remettre les clés. Les frais d’exportation vers l’Algérie sont à notre charge”, “Gagnez un voyage gratuitement, tous frais payés, en Syrie, en Jordanie ou en Égypte” ou encore “Nous vous ferons le tour d’Europe gratuitement. Vous ne payerez pas le moindre sou, même si, comme vous le constatez, ces séjours coûtent la bagatelle de 2 000 à 3 000 euros !” Ces formules et propositions aussi séduisantes qu’alléchantes, et bien d’autres procédés utilisés par des arnaqueurs aguerris, visent une chose : convaincre le client, la proie facile en période de grandes vacances, à mordre à l’hameçon pour lui faire croire qu’il deviendrait tout de suite propriétaire, à vie, d’un bien immobilier grâce au Time-Chair, un nouveau concept introduit depuis près d’une dizaine d’années dans les pays du Golfe et du Moyen-Orient, mais aussi, et tout récemment dans les pays du Maghreb. Ce procédé, jusque-là utilisé dans les pays récepteurs de touristes, est  désormais exporté vers les pays émetteurs, comme l’Algérie, autrefois épargnés par cette arnaque qui profite aux filières internationales de l’immobilier. Car, si sous d’autres cieux le Time-Chair est un concept noble répondant aux normes de gestion d’un bien immobilier, en offrant la possibilité à l’acquéreur de l’occuper, de le louer ou de le céder à des tierces personnes — le principe étant de répartir les 52 semaines de l’année au bon vouloir de l’acquéreur — dans ces pays, où le Time-Chair vient de débarquer, il s’agit tout à fait d’une autre façon de gestion de ce même bien. Et tous les vices de forme, par ailleurs maîtrisés par les escrocs, sont indéniablement difficiles à déceler, notamment une fois le contrat signé et l’argent transféré sur le compte du “vendeur” par le pauvre débiteur. Les Libanais, comme d’ailleurs les Égyptiens, excellent dans l’art de “vendre gratuitement” ce produit, véritable machine à sous. Les grandes vacances n’étant pas encore arrivées à terme, les touristes algériens devront non seulement redoubler de vigilance, mais éviter toute tentation de répondre à l’invitation de ces commerçants d’un autre genre. Surtout que pendant la période du mois d’août, les “agents immobiliers”, qui jouissent par ailleurs de grandes complicités de patrons d’hôtels qui communiquent les numéros de téléphone des chambres — les escrocs passent par le standard pour faire vrai —, utilisent tous les moyens pour arriver à leur fin.

Qu’en est-il du Time-Chair en Algérie ?
Étrange concept chez des millions de nos touristes, excepté chez ceux qui ont voyagé ces dix dernières années dans les pays du Golfe et du Moyen-Orient, le Time-Chair est introduit timidement, mais surtout clandestinement en Algérie. Sans campagne publicitaire, sans brouhaha, loin des caméras, mais surtout loin des curieux. À Alger, une enquête est actuellement en cours pour tenter de remonter à la tête d’un réseau aux multiples ramifications, semble-t-il. Les arnaqueurs, qui recourent aux mêmes formules et aux mêmes propositions, ont tenté vainement de séduire des familles algériennes. Aucune information n’indique, d’ailleurs, si des victimes ont été recensées.
Très doués en la matière, ces escrocs ciblent des individus selon leurs profils. Doucement, mais sûrement, ils proposent de payer une somme dérisoire et symbolique en guise de caution, soit entre 300 et 500 DA remboursables, en contrepartie d’un luxueux séjour de 9 à 10 nuitées dans des hôtels huppés en Syrie ou en Jordanie. Le client — plutôt la victime — sera remboursé une fois qu’il se présente aux bureaux de ces commerçants. Sur place, on lui fait oublier, en un tour de magie, son voyage dans les pays qu’on lui avait alors proposés. Ils lui suggèrent mieux, surtout qu’ils savent, sournois qu’ils sont, que leur proie ne jure que par leur crédibilité ! “Le tour d’Europe, mais en attendant, visitez la Syrie, la Jordanie ou l’Égypte”, soit les pays où les agents immobiliers préparent le terrain. Quel rêve ! Trop beau pour être vrai. Le pauvre client ne se doutera pas le moindre instant que son argent ira dans la bourse de l’immobilier-connexion. Car, durant les négociations, le touriste algérien aura à faire à des experts en communication et en marketing.
Difficile de refuser d’aussi tentantes propositions devant un “jury” spécialisé dans la vente de produits immobiliers et touristiques. L’affaire, actuellement en instruction à Alger, renseigne on ne peut mieux sur la crise qui secoue le secteur du tourisme dans ces pays. Car, à l’origine, le Time-Chair n’a jamais été un produit touristique de niche, comme le balnéaire, la thalassothérapie, le séminaire, le congrès ou autres formules de détente. C’est un pur produit de l’immobilier qui accompagne parallèlement l’activité touristique ou qui se substitue à la vente du produit touristique afin de rentabiliser les hôtels, les appartements et autres bungalows en période de dèche (basse et moyenne saisons).