Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Enquêtes sport

Aleksander Tabarchouk (ancien médecin russe de l’EN dans les années 1980)

“J’ai utilisé juste des vitamines”

Interviewé par le site DZfoot, celui que d’anciens joueurs accusent de leur avoir administré des produits suspects , Aleksander Tabarchouk, le médecin russe qui avait occupé le poste de consultant pour la préparation de l'équipe en vue de la Coupe du Monde 1986, dirigée par Saâdane, avant d’intégrer le staff technique des Verts après le Mondial jusqu’en 1988 aux côtés de son compatriote Rogov, affirme avoir utilisé des médicaments pour aider la préparation des joueurs de l’EN, mais précise s’il s’agit seulement de vitamines et avec l’aval des responsables de la FAF de cette époque. “Quel dopage ? Il n'y avait que des vitamines ! Et j'ai utilisé aussi des nutriments pour les enfants, c'est tout ! J’ai donné des pilules LVTO, c'était des vitamines françaises, il y en avait beaucoup en Algérie, c'est tout. Dans le monde entier, les sportifs utilisent les vitamines”, déclare t-il.
Et de rappeler que “C'est la fédération qui a acheté tout ça pour les joueurs. En plus des vitamines, j'ai utilisé des nutriments pour enfants, des produits de Hollande. C'est pour les enfants, on les utilise pour les nouveau-nés, parceque ça contient beaucoup de nutri-éléments, des acides etc.” Dr Tabarchok soutient, en outre, avoir respecté à la lettre le dosage nécessaire même s’il s’agissait seulement de vitamines. Il explique : “Vous trouverez, dans la littérature médicale, les doses qu'on utilise partout. Jamais, je n'en ai utilisé trop. Je les ai utilisées comme il faut. Pour un non-sportif par exemple, il faut utiliser un comprimé. Mais pour un athlète, il en faut deux voire parfois trois. Il faut multiplier parce qu’ils fournissent beaucoup d'efforts.
C'est pour ça qu'on n'utilise pas les mêmes quantités que pour les autres”.  Concernant les joueurs de l’équipe nationale, il se souvient que “au début de notre travail, j'ai eu beaucoup de problèmes, parce qu'ils (les joueurs) n'ont pas voulu utiliser des vitamines mais après c'était différent. Je dois vous dire que pour l'utilisation des vitamines, il faut des périodes de repos, une semaine ou deux où il ne faut pas utiliser les vitamines. Là, j'ai eu beaucoup de problèmes avec les joueurs parce qu'ils ont dit qu'il fallait qu'ils en aient chaque jour”.
Le médecin russe refuse d’admettre l’existence de lien entre les médicaments appliqué et le handicap des enfants des huit anciens joueurs qui faisaient partie des rangs de l’EN dans les années 1980. “À ce que je sache, à cette époque-là, il y avait déjà Lakhdar Belloumi qui avait des problèmes graves avec ses enfants. Je ne suis pas au courant de quel problème exactement mais il y en avait déjà”, a répondu encore Aleksander Tabarchouk.                                           
M. B.