Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Enquêtes sport

Alors que leur statut fait l’objet d’une réforme

Tout sur les salaires des entraîneurs

©D. R.

Les dirigeants évitent de déclarer les véritables montants
Voilà comment on échappe au fisc

Pour échapper au fisc, les dirigeants des clubs n’hésitent pas à déclarer des faux montants des salaires qu’ils octroient à leurs joueurs et entraîneurs. En effet, pour diminuer les charges notamment vis-à-vis du fisc et faire des affaires, certains dirigeants des clubs des Ligues 1 et 2 ne déclarent pas les vrais des salaires que touchent leurs “complices”, à savoir joueurs et entraîneurs. Un procédé qui ne concerne pas uniquement le football algérien il est vrai, cependant force est de reconnaître qu’il est devenu presque monnaie courante chez nous depuis plusieurs années, particulièrement au sein d’une frange de responsables de clubs lesquels, pour une raison ou une autre, annoncent qu’un tel ou tel joueur a signé pour un certain montant, alors qu’en réalité leur “recrue” perçoit un pécule supérieur, voire même le double. Et à ce titre, les exemples ne manquent pas dont la presse généralisée et spécialisée a fait état de nombreuses fois sans que personne lève le petit doigt. Pis encore, dans les milieux de ces affaires scabreuses on évoque même des deals entre dirigeants-joueurs pour mieux faciliter les transactions. On parle également d’accords “secrets” entre les dirigeants et les managers des joueurs. Ces derniers en quête de juteuses affaires et de gain facile trouvent en effet leur compte à travers les transferts tout en s’arrangent avec l’autre partie, à savoir les patrons des clubs. Pour mieux comprendre, Liberté a interrogé un spécialiste en la matière que nous avons interrogé sur le sujet. Notre interlocuteur nous fera savoir, en effet, que ces pratiques existaient bien avant le lancement du professionnalisme en Algérie et qu’elles se sont maintenant adaptées suivant les règles du marché. “Vous imaginez un peu des dirigeants qui exigent de tous les joueurs qui jouent dans leurs équipes ou ceux qui veulent venir ou être recrutés de signer des contrats d’abord avec certains managers bien précis, c'est-à-dire avec ceux qu’ils traitent ? Mais pourquoi ? Tout simplement pour faciliter les transactions douteuses”, nous confia-t-il. Cela dit, l’État, à travers le ministère de la Jeunesse et des Sports ou bien celui des Finances, n’a pas daigné diligenter des enquêtes pour faire la lumière et mettre fin à ces pratiques dignes de l’œuvre “d’une mafia” bien organisée.

F. R.

Lire le dossier


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
1 réactions
Fraternity le 26/10/2015 à 15h39

Que dire des sommes astronomiques injectées par le trésor public par l'intermédiaire des entreprises publiques qui sponsorisent ces équipes ''professionnelles'', pour le paiement des joueurs et entraineurs: la gabegie est passée par là. Ca devrait être une piste pour récupérer l'argent du contribuable, ou moment ou le gouvernement de son excellence demande à nos compatriotes de serrer la ceinture. cela explique bien le marché informel du détournement, et le changement quotidien des entraineurs.

Commentaires
1 réactions