Scroll To Top
FLASH
  • Ligue1 (matchs disputés samedi): CRBT 1-1 NAHD; OM 2-0 JSS; CRB 0-0 CSC; USB 2-2 MCO; USMBA 0-1 PAC; MCA 2-0 JSK
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Économie / Entreprise et marchés

La lettre d’Aldjazair

Algérie-Banque mondiale : pour un partenariat stratégique

Dans son numéro 6, La lettre d’Aldjazair, une publication de la Banque mondiale, souligne que depuis son adhésion à la Banque mondiale, l’Algérie, comme la plupart des pays membres de cette institution, a bénéficié de financements de projets dans des secteurs aussi divers que les infrastructures, le développement rural, l’agriculture, l’élevage, l’approvisionnement en eau potable... Et fait important mis en relief dans les colonnes de la publication : le dernier projet financé sur un prêt de la Banque mondiale a été clôturé en 2009. Depuis lors, note La Lettre d’Aldjazair, une ère nouvelle des relations entre l’Algérie et la Banque mondiale est née. Elle est matérialisée par un cadre de partenariat stratégique dont l’instrument principal est l’assistance technique. Et indication de taille : au 31 août 2015, le portefeuille de la Banque mondiale en Algérie était, selon la publication, constitué de douze projets d’assistance technique dont neuf actifs et trois en phase finale de préparation. L’édition d’Aldjazair s’intéresse par ailleurs à la filière laitière, relevant que malgré les primes d’appui à la production nationale de lait, celle-ci ne croît que lentement et qu’elle ne parvient pas à supplanter les importations et à s’y substituer. La publication estime que la vision à moyen terme est que le pays ne devra plus recourir aux importations régulières et massives de lait en poudre, car, en termes de potentiel, l’Algérie a la capacité de produire tout le lait dont elle a besoin. Mais à quel prix ? Le périodique de la Banque mondiale indique que le lait produit localement ne peut rentablement se vendre à moins de 35 DA le litre et ce malgré toutes les primes auxquelles peuvent prétendre les producteurs. Les importations en denrées agroalimentaires sont passées de 4 à 9,4 milliards de dollars entre 2004 et 2014. La publication rappelle par ailleurs que par la grâce du pétrole et l’embellie des marchés pétroliers, le pays a entamé, à partir de 2005, un programme de désendettement et que le gouvernement a décidé de ne  plus emprunter auprès des institutions financières internationales.


Y. S.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER