Scroll To Top
FLASH
  • Ligue1 (matchs disputés samedi): CRBT 1-1 NAHD; OM 2-0 JSS; CRB 0-0 CSC; USB 2-2 MCO; USMBA 0-1 PAC; MCA 2-0 JSK
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Économie / Entreprise et marchés

On ne quitte pas son travail

On se sépare de son patron !

La non reconnaissance du mérite est à l’origine des départs des compétences. ©D. R.

Le turnover est devenu un grave problème pour les entreprises. Comme, souvent, ce sont les meilleurs cadres qui quittent l’entreprise, les conséquences peuvent être désastreuses pour cette dernière. Il existe, cependant, des solutions managériales pour y faire face de façon efficace.

À des degrés divers, toutes les entreprises sont confrontées au turnover. En Algérie, ce problème prend parfois des proportions alarmantes qui créent une instabilité insoutenable dans le management, car il n’est pas possible de conduire des politiques de ressources humaines efficaces sans une relative stabilité dans les équipes de managers de l’entreprise. Dans le monde, le turnover a connu ces dernières années un regain significatif, notamment dans les entreprises technologiques où la compétition sur les rémunérations a pris des proportions inouïes. La surenchère sur les salaires n’est évidemment pas la solution la mieux appropriée pour faire face à ce phénomène. En revanche, des approches purement managériales ont montré tout leur intérêt. Parmi celles-ci, un des grands spécialistes des ressources humaines nous en propose neuf qui sont autant de réponses aux neuf raisons à l’origine, selon lui, du départ des meilleurs cadres d’une entreprise. Dans un papier posté en juillet dernier sur LinkedIn Influencer, intitulé “9 Things That Make Good Employees Quit”, son auteur, Travis Bradberry (1), nous propose ses neuf réponses managériales pour contrer le phénomène du turnover (2). En voici, brièvement, quelques-unes qui paraissent bien adaptées à l’environnement de l’entreprise algérienne. La première cause du turnover est la surcharge de travail. Comme les compétences sont souvent rares, nous avons tendance à charger plus que de raison nos collaborateurs les plus méritants… ce qui peut précipiter leur départ. La réponse managériale appropriée aurait été de les promouvoir et de maintenir ainsi leur motivation. Alors que, parfois, double injustice, ce sont des collaborateurs beaucoup moins méritants qui sont promus ! Une autre cause du départ des cadres de valeur c’est la non-reconnaissance de leur mérite. Le manager ne leur manifeste aucune marque de gratitude pour leurs réalisations marquantes. Or, de simples gestes traduisant la considération qu’on lui porte peuvent décupler la motivation du collaborateur. Tenir ses engagements est une autre réponse efficace au risque de déperdition des cadres. Souvent pris dans la tourmente de la gestion quotidienne, nous oublions facilement les engagements pris vis-à-vis d’un collaborateur méritant. C’est ce qu’on appelle “l’agressivité passive”. Au contraire, tenir ses engagements est une forte attente de la part des collaborateurs : ne dit-on pas Andou kelma pour exprimer ce trait de personnalité particulièrement apprécié dans la culture algérienne ? Une quatrième cause de la séparation d’avec l’entreprise c’est le peu d’intérêt que le manager accorde au développement des compétences de son collaborateur. Quand ce dernier est compétent, nous considérons qu’il n’a pas besoin de pousser plus haut ses compétences. Alors que ce sont précisément nos collaborateurs les plus talentueux qui doivent requérir notre plus grande attention. Plus nous investirons dans cette direction, plus notre collaborateur talentueux renforcera son attachement à l’entreprise. Sinon, il cherchera ailleurs comment réaliser plus vite son potentiel.
On l’aura compris, ces démarches exigent de la part des managers un effort supplémentaire. Mais cet effort consiste en réalité à exercer un leadership authentique. Et cela est encore plus vrai dans la culture algérienne, marquée par un contexte de communication dit “riche” (au sens de E. Hall), où les relations humaines ont une importance cruciale dans la motivation des hommes.

S. S.
1- Travis Bradberry est surtout connu pour son bestseller Emotional Intelligence 2.0 dans lequel il décrit comment mettre en œuvre son intelligence émotionnelle dans sa pratique managériale de tous les jours.
2 - On pourra accéder au papier de Travis sur le lien : https://www.linkedin.com/pulse/manager-mistakes-make-good-employees-quit-dr-travis-bradberry.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER