Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Entretien

NOUREDINE BOUDERBA ALERTE SUR LE RECUL DU TRAVAIL FÉMININ

“Le taux de 16,4% n’est pas à la hauteur du potentiel de modernité algérien”

©D. R.

Nouredine Bouderba, diplômé de l’INH de Boumerdès, s’est spécialisé en relations du travail. Dans cet entretien, l’ancien fédéral à la FNTPGC/UGTA chargé des affaires sociales et de la législation, s’exprime sur les résultats de l’enquête 2015 de l’Office national des statistiques (ONS) relative à l’emploi et au chômage en Algérie. Pour l’interviewé, l’Algérie accuse du retard, surtout au niveau de la population féminine. Pour le spécialiste en management des entreprises “beaucoup reste à faire en matière d’intégration de la femme au travail”.

Liberté : L’ONS a publié dernièrement son enquête annuelle pour 2015 sur l’emploi et le chômage. Quelle lecture faites-vous des résultats de cette enquête, concernant le monde du travail en Algérie ?
Nouredine Bouderba :
Les principaux résultats de l’enquête donnent 10,59 millions d’occupés pour une population active estimée par l’ONS à 11,93 millions. Ramenés à la population en âge de travailler (15 ans et plus), ces chiffres donnent des taux d’emploi de 37,10% et un taux de participation de 41,8% relativement faibles. L’auto-emploi (1 occupé sur 3) a augmenté de 221 000 unités, tiré par le secteur des services, alors que les salariés (2 occupés sur 3) ont vu leur nombre augmenter dans le secteur public et reculer dans le secteur privé. Le taux de chômage s’est élevé à 11,2 % en évolution de 0,6 point par rapport à 2014 (10,6%) et de 1,4 point par rapport à 2013 (9,8%). Par genre, ils sont 94 000 hommes chômeurs en plus et 29 000 femmes chômeuses en moins. Mais, c’est le chômage des jeunes, âgés de 15 à 24 ans, qui est le plus inquiétant : son taux passe de 25,2% à 29,9% atteignant pour les jeunes femmes 45,3%. Et encore, les taux réels sont bien supérieurs, car l’ONS applique la méthodologie du BIT qui est exclusive ! Un dernier indicateur intéressant est le taux des affiliés à la Sécurité sociale qui est passé de 58,3% à 61,5%, soit un gain de 3,2 points des 2/3 aux recrutements opérés dans le secteur public. Il reste que 2 occupés sur 5, soit 4,09 millions de travailleurs, ne sont pas affiliés à la Sécurité sociale, dont 3 salariés sur 4 du secteur privé.

Sur quelle base vous fondez-vous pour parler de faiblesse des taux de participation et d’emploi, notamment chez les femmes ?
Le niveau d’intégration de la population en âge de travailler à la vie active reflète le dynamisme de toute société et constitue un défi pour tous les gouvernements. Le taux de participation dépasse en moyenne 60%, dans tous les pays membres de l’OCDE, et 50% dans les pays comme la Tunisie, le Maroc et l’Égypte. Pour l’Algérie, le retard réside surtout au niveau de la population féminine. Malgré les efforts consentis et les résultats obtenus dans le domaine de l’éducation, beaucoup reste à faire en matière d’intégration de la femme au travail, où le taux d’activité enregistré par l’ONS est de 16,4%. Selon le dernier rapport du PNUD, ce taux dépasse 25% dans chacun des pays voisins. Même les jeunes filles âgées entre 15 et 24 ans, avec un taux de 8,8%, sont très faiblement intégrées et ce n’est pas dû uniquement à “une forte scolarisation” comme l’expose l’ONS. Car, s’il est vrai que 6 jeunes filles sur 10 poursuivent toujours leurs études (contre la moitié des jeunes garçons), elles sont 3 jeunes filles sur 10 à n’être ni actives ni étudiantes, et cataloguées “femmes au foyer” par l’ONS. Je pense que ce problème est sous-estimé, y compris par les militants et militantes féministes, qui semblent satisfaits du taux de 16%. Ce taux n’est pas à la hauteur du potentiel de modernité algérien. Il n’est pas inutile de rappeler que déjà en 1998, ce taux était de 17%... Comme quoi, la parité ne se décrète pas, mais se construit, en agissant sur les conditions objectives qui favorisent l’insertion de la femme dans la vie active.

Par exemple ?
Renforcer la lutte effective contre les discriminations et le harcèlement au travail, améliorer les prestations de maternité, rendre possible l’aménagement du temps de travail des femmes qui allaitent ou élèvent des enfants, construire des crèches pour combler le déficit déclaré de 55 000 crèches. Savez-vous qu’en Europe, des études menées par des bureaux de consulting séniors ont conclu que les coûts d’investissement et d’exploitation des crèches d’entreprises sont largement rentabilisés par les économies réalisées sur l’absentéisme. En Algérie, plus que l’absentéisme, il s’agit de valoriser 50% du potentiel productif du pays et d’émanciper la moitié de la population.

Qu’est-ce qui vous fait dire que le taux de chômage est sous-estimé par la méthodologie exclusive du BIT ?
L'ONS ne considère comme chômeurs que les individus âgés de 15 à 59 ans, disponibles et ayant effectué une démarche pour trouver un travail durant la période du sondage. Tous les autres sont donc considérés comme des inactifs. Or, une partie importante de personnes, qui désirent travailler, pensent qu’il n’y a pas d’emplois disponibles pour elles. Personne n’ignore, par exemple, que les relations familiales et personnelles jouent un rôle déterminant dans les recrutements, d’où le découragement de ceux qui n’ont personne sur qui compter. Pour avoir une image de la réalité, en 2015, sur 100 femmes, moins de 14 sont occupées, 3 sont au chômage, 14 poursuivent leurs études, alors que 69 sont déclarées inactives, dont 4 sont situées dans le “halo du chômage”, c'est-à-dire des personnes en âge d’activité, disponibles pour travailler, mais non classées dans le chômage, car n’ayant pas effectué des démarches effectives de recherche d’emploi durant le mois précédant l’enquête. Les 65 femmes restantes sont considérées comme des “femmes au foyer”. J’ajouterais encore que le taux de chômage, après avoir été stabilisé autour de 10% durant la période 2009-2013, repart à la hausse en 2014 et 2015. Avec l’austérité entamée, la décision de bloquer les recrutements dans la Fonction publique et de ne plus renouveler les CDD (contrats à durée déterminée, ndlr) et les contrats aidés arrivés à terme, l’annulation ou le report d’un certain nombre de projets, il y a lieu de s’inquiéter sur un envol exponentiel du taux de chômage, particulièrement des jeunes, qui est déjà à un niveau alarmant.

Vous attestez que l’emploi a reculé en 2015 dans le secteur privé. Sur quels éléments  de référence vous appuyez-vous ?
Entre 2014 et 2015, l’auto-emploi a augmenté de 221 000 unités. De 2009 à 2015, le nombre d’emplois indépendants est passé de 2,76 millions à 3,04 millions, soit une évolution nette positive de 280 000 emplois. Entre 2014 et 2015, le nombre des salariés est passé de 3,16 millions à 2,94 millions chez le privé, soit une diminution de 221 000 postes d’emploi. Dans la même période, le nombre des salariés est passé de 4,1 millions à 4,46 millions dans le secteur public, soit une augmentation de 355 000 salariés. L’examen de l’évolution nette du nombre de salariés, dans les 2 secteurs, nous donne plus de 1,22 million d’emplois nets créés dans le secteur public et une évolution négative pour le privé puisque leur nombre est passé de 3 millions de salariés en 2009 à 2,94 millions en 2015, soit une diminution de 61 000 emplois. Au lieu des 4 millions d’emplois annoncés entre 2009 et 2015, l’évolution nette des emplois tous secteurs et tous statuts confondus n’est finalement que de 1,1 million. On est en droit de nous poser des questions sur les centaines de milliards de DA engloutis par les différents dispositifs d’emploi (Ansej, Cnac, etc., ndlr) et les cadeaux fiscaux dépensés par l’État au profit du patronat pour la création de l’emploi.

D’après l’ONS, le taux des travailleurs assurés à la Sécurité sociale est passé de 58,3% à 61,5%. N’est-ce pas là le résultat des mesures prises par l’exécutif en 2015, dans le cadre de la lutte contre l’informel ?
D’abord une précision : l’évasion sociale ne concerne pas seulement le secteur informel. Dans ce secteur, on enregistre 2 occupés sur 3 non affiliés, mais ils sont 3 salariés sur 4 dans le secteur privé formel à ne pas être déclarés par l’employeur. Ceci dit, l’objectif déclaré du gouvernement d’élargir la couverture sociale des travailleurs tous secteurs confondus est noble et doit être soutenu et concrétisé. L’année 2015 avait même été déclarée année du recouvrement, mais force est de constater qu’aussi bien les résultats de cette enquête de l’ONS que le bilan prévisionnel-clôture de la Cnas montrent que le résultat est très maigre. Selon l’ONS, il n’y a eu que 543 000 nouveaux affiliés en 2015, dont 345 000 sont les nouveaux recrutés du secteur public. C’est un problème de volonté politique, pourtant les besoins en main-d’œuvre sont importants. Il y a là aussi un problème de stratégie de l’emploi et partant du développement, qui doit être redéfini. La privatisation sauvage, nourrie par la rente entamée il y a 20 ans, a montré ses limites et a abouti à un échec. Le secteur privé national, créateur de richesses et respectueux de la réglementation, a largement sa place dans le développement économico-social du pays, mais il ne peut en être la locomotive. À l’heure où les ressources s’amenuisent et les problèmes s’aggravent et s’accumulent, seul l’État est en mesure de mener ce développement, en rationalisant l’exploitation des ressources, biens de la nation, tout en préservant l’intérêt des générations futures. Seul l’État est en mesure d’assurer une juste répartition des richesses nationales et des efforts à fournir. Il est temps de corriger le tir. Demain, il sera peut-être trop tard.

H. A.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER