Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Entretien

Une semaine après les inondations qui ont touché la daïra d’Aoulef (Adrar)

Priorité à l’éradication de l’habitat précaire

Le  président de la commission de crise a affirmé avoir recensé quelque 294 ksars  dont 60% sont réalisés avec des matériaux locaux.

Lors  d’un point de presse qu’il a organisé avant-hier soir, M. Baradie, secrétaire général de la wilaya d’Adrar, qui préside la commission de crise installée au lendemain des inondations qui ont affecté plusieurs localités de la wilaya dont la plus touchée est la daïra d’Aoulef, a précisé que “les aides de l’État pour les familles sinistrées sont distribuées dès leur arrivée par les commissions installées à cet effet”.
Selon notre interlocuteur, la prise en charge des sinistrés de toutes les communes touchées est totale puisque les autorités locales et nationales se sont manifestées dès le début et ce, à travers les deux visites qu’a effectuées sur les lieux le chef de l’exécutif de la wilaya et des membres du gouvernement.
Chiffres à l’appui, le responsable de la cellule de crise a annoncé que “le nombre de maisons effondrées est de l’ordre de 3 561 dont 1 804 sont partiellement atteintes”, en précisant que ces chiffres concernent toutes les communes sinistrées, en l’occurrence 1 394 demeures touchées au niveau du chef-lieu de la daïra d’Aoulef, 1 300 maisons dans la commune de Akebli et 800 habitations au niveau de la commune de Timogtène.  Par ailleurs, le secrétaire général de la wilaya d’Adrar a déclaré que “25 brigades d’agents et de techniciens du bâtiment sillonnent les communes touchées par les effondrements d’habitations, et les statistiques que nous pouvons prendre en considération et en charge ne sont que celles arrêtées par les conclusions des experts du domaine”.
Abordant la question de la contestation des sinistrés d’Aoulef qui ont organisé un rassemblement devant le siège de la daïra pour dénoncer la gestion de cette  situation par les commissions locales, M. Baradie a affirmé que “nous sommes en train de distribuer tout ce qui nous arrive comme aides avec équité, et les commissions locales sont, au quotidien, assistées  par deux ou trois directeurs de l’exécutif. Et pour faire mieux, nous avons même donné le droit aux sinistrés d’implanter leurs tentes à l’endroit qu’ils choisissent eux-mêmes, à part cela, nous ne pouvons pas offrir plus que ce que nous avons en notre possession”. Afin de ne pas se retrouver dans la même situation dans les années à venir, la nécessité d’éradiquer les habitations construites en pisé (toub) est plus qu’une nécessité, surtout que le wali d’Adrar, M. Djarri Messaoud, a demandé au gouvernement un plan d’éradication de l’habitat précaire (PEHP). À cet effet, le président de la commission de crise a affirmé que  “nous avons recensé quelque 294 ksars au niveau de notre wilaya et 60% de leurs habitations sont réalisées avec des matériaux locaux, et pour faire face à cette situation, nous avons proposé d’introduire dans les plans de développement communaux un article pour ajouter à chaque maison construite en terre battue, la réalisation d’une grande chambre, des sanitaires et un mur de clôture en dur ainsi que l’engagement des travaux de réhabilitation”.
S’agissant des aides alimentaires reçues par ces services en dehors des avions-cargos envoyés par le ministère de la Solidarité, M. Baradie a insisté que “les aides arrivent de plusieurs wilayas limitrophes telles que la wilaya de Béchar qui nous a envoyé 100 tentes et 20 tonnes de vivres, la wilaya de Ghardaïa avec 4 camions d’aides et les wilayas de Ouargla et d’El-Oued avec 7 camions de denrées alimentaires”.
Le secrétaire général de la wilaya d’Adrar a rappelé enfin qu’un Conseil du gouvernement restreint se penchera sur les inondations qui ont touché la wilaya d’Adrar. Ce sera alors, dit-il, la satisfaction des citoyens sinistrés qui ont subi des dommages matériels considérables. 

 L. Ammour