Scroll To Top
FLASH
  • Le président zimbabwéen Robert Mugabe a démissionné (président du Parlement)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Entretien

Entretien

Qui est Belaïd Metref ?

Belaïd Metref est un ancien officier de l’ANP et du protocole de la présidence sous Boumediene. Major de la promotion internationale de l’Académie navale de Grande-Bretagne, il a été promu, en 1965, commandant d’une vedette lance-torpilles. Il avait alors moins de vingt-deux ans.  C’est en 1966, une année plus tard, qu’il a été choisi, avec quatre autres officiers appartenant à d’autres corps d’armée, pour créer la direction du protocole de la présidence de la République.
En 1970, son nom figurait, dans l’ordre protocolaire de la direction, en seconde position, après celui du directeur, Abdelmadjid Allahoum. Il est nommé, à 29 ans, chef des personnels militaire et civil de la Marine nationale. Il est ainsi le premier officier issu des rangs de l’ANP désigné à cette fonction.
À ce titre, il a servi d’assesseur auprès du tribunal militaire de Blida.
En 1975, il est de nouveau affecté à la direction du protocole de la présidence, jusqu’à la mort de Boumediene. Il avait quarante-deux ans, en 1986, lorsque fut prise la décision de sa mise à la retraite, “dans des circonstances confuses et dans la précipitation”, dit-il. Belaïd Metref est convaincu qu’il avait fait l’objet d’une chasse aux sorcières, voire d’un règlement de comptes. “J’ai pu connaître de manière précise les véritables raisons de ma mise à la retraite prématurée : des affaires de corruption et de blanchiment d’argent, touchant la plus haute hiérarchie et dont j’avais été le principal témoin en 1978 quand j’étais à la présidence, qui commençaient au moment de ma mise à la retraite à prendre des proportions d’affaires d’État”, affirme-t-il.

S. C.