Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Entretien

Entretien avec le co-réalisateur du documentaire "Contraste Bladi"

Zakaria Brahami: "ce long-métrage est une performance artistique"

Zakaria Brahami© D.R.

“Contraste Bladi,  comment internet a changé la vie des Algériens” est un documentaire sur les réseaux sociaux co-produit par le collectif de militantisme artistique Mayhem Corp et le Forum France Algérie. Il sera mis en ligne le jeudi 30 novembre à 20h. À cette occasion, la Rédaction Digitale de "Liberté" (#RDL) a rencontré Zakaria Brahami, l’un des réalisateurs du documentaire.

Entretien réalisé par Sonia GASSEMI (Pour la #RDL)

De quoi parle "Contraste Bladi"?

"Contraste Bladi" est un web/documentaire de création, c’est un mélange entre documentation et captures numériques de ce que publient les Algériens sur les réseaux sociaux et les interactions entre les différentes mentalités et idéologies qui définissent la diversité culturelle en Algérie de nos jours, c’est aussi des prises d’interviews avec des personnes influentes qui nous parlent, témoignent, analysent et évaluent certaines spécificités sur l’influence des réseaux sociaux sur les Algériens. On retrouvera aussi dans ce long-métrage une performance artistique qui créera une séparation visuelle, esthétique et métaphorique entre le virtuelle et le vécu.

Comment vous est-il venu l'idée de produire ce documentaire ?
On avait pour projet avec le Forum France-Algérie de faire un petit documentaire sur les réseaux sociaux et comment Internet a changé la vie des Algériens, par la suite c’est devenu tout un projet ambitieux où on y a mis
beaucoup d’inspiration et d’énergie pour faire un film assez original et bien ficelé.

Avec qui l'avez-vous réalisé ?
Le web-documentaire est co-écrit avec Hanane Semane et réalisé avec Omar
Haddad, ce dernier est l’initiateur de l’un des ciné-club d’Alger.«CinéMayhem» qui a exercé depuis Janvier 2015, son approche technique et critique a permis d’avoir une certaine touche esthétique et cinématographique au documentaire.



© D.R.

Qui est intervenu lors du documentaire ?

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, nous n’avons pas fait appel qu’aux spécialistes des réseaux sociaux pour répondre à nos questions et pour nous parler de l’influence qu’ils ont sur les algériens, au contraire, nous avons même collaboré avec des artistes et des activistes mais aussi des journalistes.
La liste complète des intervenants est comme suite :
Alain Ducass, Expert international en économie digitale
Anis Haddouche, responsable de monétisation digitale chez Reaper Sound
Records
Aziz Hamdi : Responsable de communication et ART’iviste
Fares Kader Affak, activiste politique
Hocine Gasmi : Co-fondateur de Chouf-Chouf
Kahina Ashka : Poétesse, promotrice culturelle et activiste social
Khaled Drareni, rédacteur en chef : Echourouk News TV
Lazhari Labter , écrivain, éditeur et lanceur d’alertes
Raja Meziane, artiste musicienne et réalisatrice
Sadek Democratoz, artiste musicien et activiste sociale
Yacine Tahari, Chef de pôle communication : Amana.
Nous avons aussi invité Ibtissem Moussar « mannequin algérienne » pour la performance artistique que nous avons écrite et réalisée.


A-t-il déjà été diffusé ?
Il n’a été diffusé qu’à son avant-première à Paris, le 30 septembre 2017

Programmez-vous des projections prochainement ?
Il y aura des projections prévues pour bientôt, mais comme c’est un documentaire sur les réseaux sociaux, nous avons décidé de le mettre en libre visionnage sur Internet afin de permettre au plus grand nombre de personnes à le voir.

À son avant-première à Paris, qui était présent et quels retours avez-vous reçu de la part des personnes présentes sur place ?
Nous avons eu presque 100 personnes, ce qui était très encourageant d’autant plus que nous n’avons pas la réputation de grands cinéastes ou grandes productions en plus c’était en territoire étranger, c’était quand même assez appréciable.
Le public a bien aimé le concept de Contraste Bledi. Beaucoup nous demandent  d’autres projections parce que c’est un film qu’on doit revoir tellement qu’on apprécie son côté esthétique et métaphorique qui se transmet à travers la performance artistique de Ibtissem Moussar.

Pourquoi ce titre « ContrasteBladi » ?
Le titre reflète en quelques sorte le contenu,car il y a énormément de couleurs,beaucoup de symboliques et de codes qui démontrent une forme de contraste entre le virtuel et le réel.
Chaque couleur a sa propre signification,allant de la révolte du rouge à l’épanouissement du turquoise, d’autres codes symboliques sont présents comme les déchets et les menottes, pour le reste je crois que chacun se fera sa propre interprétation  des couleurs et des symboles,ces petites énigmes qui nous hantent après chaque film…

Quand est-ce que le documentaire sera mis en ligne ?
Jeudi 30 Novembre à 20h sur YouTube
 

Entretien réalisé par Sonia GASSEMI (Pour la #RDL)

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER