Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Environnement

Pollution numérique

Combien ça chiffre en émissions

Le secteur du numérique est par excellence la dématérialisation des activités économiques. Pourtant l’impact sur l’environnement est  de plus en plus grandissant ; le bilan carbone du secteur et de l'informatique qui, lui, n’est pas  virtuel  représente  2% des émissions de gaz à effet de serre (GES) dans le monde. À titre de comparaison, c’est le volume des GES de l’aviation civile. Se basant sur une étude du Cigref, le journal électronique Novethic rapporte que  les principales sources de pollution  sont à chercher dans les données et leur stockage dans les data centers. “On estime que le volume de données augmente en moyenne de 20% par an (+69% sur le mobile entre 2013 et 2014), ce qui ne cesse d'accroître les besoins en puissance de calcul et en espace disque, et donc l’énergie consommée par ces centres”. L’initiative prise par  Apple, qui alimente son infrastructure à 100% avec des énergies issues de sources renouvelables va dans le sens des solutions à mettre en œuvre... Une autre source de préoccupation est la réalisation des terminaux : “pour fabriquer un ordinateur, il faut l’équivalent de 100 fois son poids en matières premières. Ce ratio passe à 16 000 rien que pour réaliser une puce électronique”. Il faut à tout prix allonger de la durée de vie des produits. “En  1985, la vie d'un ordinateur était en moyenne de 10,7 ans, elle été divisée par trois en 30 ans”. Pour d’autres sources comme la durée de vie des logiciels, les e-mails, l’impression ou encore “des objets connectés, on en comptait 500 millions en 2003. Un chiffre qui pourrait grimper à au moins 50 milliards en 2020” sont aussi à prendre en considération.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER