Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Environnement

Environnement

Échos

Émissions de GES dans l’aviation : Vers un carburant alternatif
La piste des biocarburants pour une alternative à l’utilisation des énergies fossiles dans l’aviation semble bouchée en raison notamment de la concurrence avec les productions vivrières. Des algues ou la jetropha ont été aussi testées pour un additif au kérosène. La solution serait peut-être dans un carburant produit à partir des gaz dégagés dans les activités industrielles. En effet, depuis 2011, la compagnie aérienne américaine Virgin Atlantic travaille avec une entreprise, Lanzatech, pour produire à partir de ces gaz de rejet, notamment dans les aciéries, un équivalent du Jet A1 (utilisé dans l’aviation) bas carbone. Le principe est que “les gaz émis par différentes installations industrielles sont amenés dans un bioréacteur où un micro-organisme, par fermentation, produit de l'alcool et d'autres composés, permettant de synthétiser des hydrocarbures. Plusieurs types de carburant peuvent donc être produits”. L’opération a, d’ores et déjà, produit 5678 l de ce kérosène dénommé “Lanzanol” ou ATJ (alcohol to jet) dans une usine chinoise. La firme explique que ce kérosène pourrait réduire de 65% les émissions de gaz à effet de serre (GES) dans l'atmosphère par rapport au Jet A1 classique. “À l'échelle mondiale, l'entreprise estime que les deux tiers des aciéries pourraient être équipées d'une unité de récupération des gaz. La production atteindrait 16 milliards de litres, soit 20% de la consommation annuelle de l'aviation.”

Pollutions sonores : Un système intelligent pour mieux dormir
Après le générateur de bruits blancs pour aider les insomniaques à trouver le sommeil (diffusion de gammes des fréquences sonores réputées pour leurs effets positifs sur le sommeil), c’est au tour de la mise au point d’un système intelligent qui permet de faire abstraction des bruits pour mieux dormir. En effet, selon Futura Science, une société américaine, Cambridge Sound Management propose un système baptisé Nightingale (Rossignol), qui couvre les bruits. Il s’agit de deux petits haut-parleurs à positionner dans la chambre à coucher. “Ils produisent alors des couvertures sonores qui s'adaptent à l'architecture et même à la décoration de votre chambre (nature du sol, présence de tapis, etc.).” Ces couvertures sonores masquent les bruits ambiants, aussi bien ceux venus de l'extérieur que ceux produits à l'intérieur de la maison. “Le Nightingale peut également se piloter grâce à une application et se connecter aux autres systèmes intelligents installés dans votre maison, notamment à votre système d'alarme. De quoi désactiver la couverture en cas d'intrusion.” La version qui sera prochainement commercialisée est annoncée à 249 dollars. Il est connu que le manque de sommeil peut induire des troubles de santé plus ou moins graves. L’expression “mauvais coucheur” dont sont affabulées les personnes qui ronflent (ronchopathie) pendant le sommeil sera probablement mise aux oubliettes dans peu, probablement le temps que le système se démocratise.

COP22 Marrahech : Jonathan Pershing à la “Pré-COP”
L'envoyé spécial des États-Unis pour le changement climatique, Jonathan Pershing, a assisté, dimanche 16 octobre à Marrakech, à la “Pré-COP”, c’est le dernier rendez-vous avant l’ouverture de la COP22 prévue dans la même cité le 7 novembre. Barack Obama, le président américain, semble accorder une grande importance à la concrétisation de l’accord obtenu à Paris, il y a une année lors de la COP21. Le déplacement du représentant américain a été annoncé par un communiqué du département d’État qui précisait : “L’envoyé spécial américain pour le changement climatique, Dr Jonathan Pershing, se rendra à Marrakech, au Maroc, du 16 au 20 octobre, pour participer à une réunion informelle ‘Pré-COP’ organisée par le gouvernement du Maroc”, avant d’ajouter que “le gouvernement du Maroc assurera la présidence et l’accueil de la COP22 à Marrakech (…), la première réunion du genre depuis l'adoption historique de l'Accord de Paris par toutes les nations lors de la COP21 à Paris, France, en décembre dernier”. On sait que les seuils nécessaires pour la ratification sont atteints et que l’Accord entrera en vigueur le 4 novembre prochain. Par ailleurs, selon l’agence de presse marocaine MAP, Omar Hilale, ambassadeur, représentant permanent du royaume du Maroc aux Nations unies, a fait, vendredi 14 octobre à l’ONU, une présentation sur les enjeux ainsi que les aspects logistiques de la COP22. “Il a souligné que l’Accord confirme à cet égard le principe fondamental de responsabilité commune mais différenciée en relation au dérèglement climatique, tenant ainsi dûment en compte les situations des pays en développement, plus particulièrement les pays les moins avancés (PMA) et les petits États insulaires en développement”, selon la même source.

R. S.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER