Scroll To Top
FLASH
  • Ligue1 (matchs disputés samedi): CRBT 1-1 NAHD; OM 2-0 JSS; CRB 0-0 CSC; USB 2-2 MCO; USMBA 0-1 PAC; MCA 2-0 JSK
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Environnement

Environnement

ÉCHOS

Pesticides dangereux : Interdits sur leur territoire, la France et la Suisse en exportent !
L’édition du 2 juin 2017 de Science&Avenir (scienceetavenir.fr) rapporte que la Suisse et la France exportent des pesticides interdits sur leur territoire. “C'est une bombe qu'a révélée l'ONG suisse Public Eye en mai 2017, après s'être procurée des documents confidentiels auprès de l'administration fédérale.” La Suisse exporte des pesticides dangereux et interdits sur son territoire depuis plus de dix ans. Il s’agit de l’Atrazine et le paraquat. “Ces derniers font partie des pesticides les plus toxiques au monde pour la santé et l'environnement”, alerte l'ONG. On apprend aussi par le bais de l'Agence européenne des produits chimiques (echa.europa.eu) que la France a autorisé (depuis janvier 2017) l’exportation de 7 cargaisons d’atrazine vers la Chine, le Pakistan, l’Azerbaïdjan, le Soudan, l’Ukraine et la Suisse. Toutefois, les quantités de produits exportées ne sont pas indiquées. On découvre que la France a autorisé au total 142 envois d'atrazine depuis 2004.  Ainsi, l'ONG Public Eye accuse la Suisse et la France de violer les termes de la convention de Bâle et de celle de Bamako. L’accord de Bâle interdit “l’exportation de déchets dangereux et d’autres déchets dans les parties qui ont interdit l’importation de tels déchets”, la seconde, plus explicite encore, stipule que “sont considérés comme déchets dangereux les substances dangereuses qui ont été frappées d’interdiction (...) dans les pays de production pour des raisons de protection de la santé humaine ou de l’environnement”.  La revue ajoute, le Cameroun, qui a reçu son lot de pesticides dangereux de la Suisse, est signataire de la convention de Bamako. Tout comme le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, l’Éthiopie, le Mali et le Soudan, qui ont reçu au total 33 cargaisons d'atrazine de la France depuis 2004.

R. S.

Économie verte : En 2020, le métro de Mexico roulera grâce aux déchets
En 2020, les 12 lignes du métro de Mexico seront alimentées par un incinérateur de déchets, construit par le groupe mondial Veolia, spécialiste de l’eau et des déchets. L’annonce faite par le groupe et reprise par le site d’économie responsable Novethic précise que “le site produira 965 gigawatts-heure (GWh) d'électricité par an, destinés à alimenter en énergie le métro de Mexico et couvrira 100% des besoins de ce dernier”. Aujourd’hui la majorité de ces déchets sont mis en décharge. Le projet soumis à appel d’offres et lancé par le gouvernement de la ville de Mexico est, en effet, revenu à la filière locale Proactiva Medio Ambiente qui aura pour tâche “de concevoir, construire et gérer pendant trente ans cet incinérateur géant”. Le contrat est estimé  à 886 millions d’euros. Rappelons que la ville est un des leader de l’Association des grandes villes du monde pour le climat dont le dernier sommet des maires s’est tenu le 30 novembre 2016, précisément dans la capitale aztèque. Ce complexe, une fois achevé, “traitera près de 1,6 million de tonnes de déchets ménagers par an”. Gustavo Migues, directeur de la zone Amérique latine de Veolia, explique que “ce contrat ouvre un marché dans toute cette partie du monde qui est sous-équipée. Ce que nous allons faire à Mexico est la démonstration que notre expertise en matière de gestion des déchets a un bel avenir devant elle. Les besoins au Mexique, et plus largement en Amérique latine, sont tels que nous avons un potentiel de développement gigantesque”. À ce jour, les 2/3 des déchets de la ville qui compte 20 millions d’habitants sont collectés pour être destinés aux centres d’enfouissement technique (comme Alger). D’autres grandes villes dans le monde ne suivent pas ce schéma d’incinération. Beaucoup privilégient le recyclage. La composition des déchets urbains (différente selon les modes de consommation), le degré de la demande de respect de l’environnement et de propreté, différent aussi selon les communautés (consentement à payer pour un service est le terme consacré) déterminent la nature des moyens. Il y a toujours moyen de faire sauf devant l’absence ou la défaillance de la bonne gouvernance. Dans ce domaine, nous sommes bien placés pour connaître quotidiennement les conséquences.

R. S.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER