Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Environnement

Environnement

ÉCHOS

Capacité installée en énergies renouvelables : La barre symbolique de 2 000 GW est franchie
La capacité des énergies renouvelables installées dans le monde a dépassé en 2016 les 2 000 gigawatts (GW). En effet, le rapport annuel sur le statut mondial des énergies renouvelables (ren21.net) publié le mercredi 7 juin par REN21, indique qu’en 2016, les nouvelles installations de renouvelables ont encore battu un record avec 161 GW installés, en hausse de près de 9% par rapport à 2015. Cela porte la totalité du parc renouvelable à 2 017 GW. Le solaire photovoltaïque compte pour environ 47% de ces nouvelles capacités, suivi de l’éolien (34%) et l’hydroélectricité (15,5%). “L’augmentation de la capacité électrique est sans précédent, et ce sont toutes les régions du monde qui sont concernées. L’éolien et le solaire photovoltaïque ont enregistré des augmentations record pour la deuxième année consécutive, en assumant environ 77% des nouvelles installations, le pourcentage restant étant principalement de l’hydroélectricité”. La capacité électrique renouvelable installée annuellement, dépasse la nouvelle capacité électrique (nette) tous combustibles fossiles confondus. Il est estimé qu’à fin 2015, la capacité de production électrique renouvelable installée permettait d’assurer 23,7% de la production électrique mondiale, l’hydroélectricité assurant 16,6% du montant total. Pour les rédacteurs du rapport “Les énergies renouvelables deviennent l’option la plus économique”, cette progression exceptionnelle de la capacité installée s’accompagne pourtant d’une baisse des investissements dans le secteur évaluée à 23% en moyenne par rapport à 2015. Elle est de 30% dans les pays émergents et les pays en développement. Mais les raisons  tiennent plus de la baisse des coûts d’installation et de l’extension des infrastructures de soutien à la distribution et de l'aménagement des systèmes énergétiques en général. “La Chine a consacré une partie de son budget l’année dernière à améliorer le réseau et à réformer le marché de l'électricité afin de mieux utiliser les ressources renouvelables existantes”. Le rapport pointe du doigt  l’impact négatif des subventions aux énergies fossiles sur le développement des renouvelables. “En 2014, pour chaque dollar dépensé pour les renouvelables, les gouvernements en dépensaient 4 dans les énergies carbonées”.


Pollution de l’air : Une Parisienne dépose une plainte
Le mercredi 7 juin 2017, une habitante de la capitale française a déposé un recours pour “carence fautive de l’État” au tribunal administratif de la ville. Elle accuse l'État de ne pas agir contre la pollution de l'air. Selon Science&avenir, la plaignante, Clotilde Nonnez, est professeur de yoga, originaire de Bretagne, qui a commencé à développer, 3 ans après son arrivée à Paris, des pathologies respiratoires. D’abord de l’asthme et des bronchites chroniques, puis des pneumopathies, des sinusites, des otites et une pleurésie pour finir par un épisode particulièrement grave d’insuffisance respiratoire aiguë associée d'une péricardite en décembre, une nuit où l’Île de France est en alerte pollution. “Nous engageons la responsabilité de l’État, car nous considérons que les déboires médicaux subis par les victimes de la pollution sont le résultat de l’inaction des autorités administratives contre la pollution de l’air”, explique François Lafforgue, l’avocat de la plaignante. La pollution aux particules fines entraîne 48 000 décès prématurés par an en France, selon une évaluation de Santé publique France. Selon les calculs de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), 3 millions de personnes meurent tous les ans des effets de la pollution de l'air. En 2015, près de 19 milliards d'euros ont été consacrés à des soins de santé liés à la qualité de l'air et 1,2 milliard de journées de travail ont été perdues, rapporte la même source.

R. S.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER