Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Environnement

Environnement

En bref ...

Chasseur de touristes à vos marques : Quel est l'endroit le plus chaud du monde ?
Futura sciences a voulu répondre à la question de l’endroit le plus chaud de la planète. Plusieurs endroits se disputent le record pour attirer curieux et touristes. Si la température moyenne de notre astre est de +15 °C, la mesure prise à un point donnée dépond grandement de la manière dont elle est faite ; la température de l’air est par exemple différente de celle de la surface. En 2005, l’idée fut venue à l’écologiste Steve Running de se rendre avec une équipe dans le désert du Taklimakan, en Chine pout tenter de confirmer ou d’infirmer la publicité faite à ce site par le centre touristique local en déclarant la zone comme la plus chaude de Chine, voire du monde. Il avait mesuré “une température de surface atteignant entre 50 et 80 °C”. De plus, l’étude avait conclu que les lieux les plus chauds peuvent changer mais que les conditions sont toujours les mêmes : grande sécheresse et des paysages rocheux aux teintes sombres.
Depuis un siècle, la Vallée de la Mort, en Californie, est une destination touristique grâce au thermomètre qui affichait 56,7°C, le 10 juillet 1913 (le ranch de la Furnace Creek) même si  El Azizia, en Libye lui a ravi ce titre avec 58°C  relevé le 13 septembre 1922 (record jamais encore égalé à ce jour). Selon Futura, le chercheur chinois a déclaré à propos de cette course au record “pourtant, la plupart des endroits qui se disent le plus chaud sur Terre ne sont même pas des prétendants sérieux”. Cela dépend des endroits où les mesures sont réalisées et aussi comment. “Même s’il y a plus de 11 000 stations météorologiques réparties dans le monde (la surface totale est de 144,68 millions de km2), cela représente une station tous les 13 000 km2.” Beaucoup d’endroits ne sont donc pas couverts. Sur un autre plan, les météorologues avaient mesuré en juin 1915 dans la Vallée de la Mort, 42,5°C à 1,20 mètre du sol et 71,5°C à 0,4 cm de la surface ! La fin du pétrole qu’on dit proche chez nous suscitera t-elle des vocations pour une autre vision de notre Sahara ? Qu’à Dieu ne plaise ou incha Allah.

Autonomie des bus électriques : Vers une alimentation par biberonnage
Pour disposer d’une autonomie suffisante tout le long de la journée, les bus électriques doivent être équipés de batteries puissantes et endurantes. En conséquence, elles sont  lourdes et occupent un important volume au détriment de la charge utile. La recherche s’oriente vers l’idée du biberonnage, qui consiste à faire des appoints réguliers à petites doses lors des arrêts pour faire descendre ou monter des passagers. L’intérêt est de réduire le poids et le volume des batteries pour transporter plus de passagers. Selon Futura Sciences, un projet dans ce sens est développé au niveau d’EDF (société publique d’électricité, France). L’idée  consiste “à profiter des arrêts que le bus électrique marque sur son trajet  quotidien pour recharger ses batteries de quelques pourcents. Au final, inutile que la charge soit complète, on injecte juste la quantité d’énergie nécessaire pour que le véhicule puisse effectuer son parcours. Du coup, la répartition de la charge sur le réseau est beaucoup plus homogène et les batteries n’ont plus à être dimensionnées pour une autonomie d’une journée”.  Par ailleurs ce  principe est testé depuis quelques années avec des solutions techniques variées (contacteurs au niveau du sol, bras articulé qui se déploie lorsque le bus s’immobilise...). EDF innove en  supprimant tout contact physique et de tolérer un positionnement moins précis du véhicule lors de l’arrêt, c’est un procédé par induction. Pour ces promoteurs c’est la voie vers les futures “autoroutes électriques”.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER