Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Environnement

L’empreinte eau ou eau virtuelle

La viande vide la planète

L'empreinte eau est le volume total d'eau utilisée pour produire un produit ou un service. C’est un indicateur basé sur la consommation effective d’eau à différentes étapes de la production d’un produit, qu’il soit végétal, alimentaire, utilitaire ou dans la catégorie des services.
Sept organisations internationales ont déjà élaboré un indicateur permettant d'évaluer la consommation en eau d’un individu ou d'un pays (Greenunivers.com).
Il s’agit entre autres de WWF (Fond mondial pour la nature), l'Unesco, la Banque Mondiale (filiale) ; c’est le Réseau Empreinte Eau (Water Footprint Network). Pour produire une tasse de café, il faut 140 l d’eau ! C’est pour faire pousser les plants, laver le café, le transporter… Pour un kilogramme de viande de bœuf, il faut 16 000 l d’eau. L’industrie de la viande rouge est citée dans tous les procès qui listent les grands secteurs qui impactent fortement sur l’environnement.
D’un aliment pour riches, la consommation de la viande s’est quelque peu démocratisée au fur et à mesure de l’élévation du niveau de vie des populations.
C’est le cas en particulier dans les pays en développement dont beaucoup ont calqué le mode de consommation occidental, la surconsommation de viande est un signe d’une certaine aisance. Les dommages environnementaux sont énormes. Entre 1950 et 2000, la consommation de viande au niveau mondial a été multipliée par 5 (la population a doublé dans le même temps). Dans le même temps, la consommation des produits alimentaires traditionnels a chuté (destruction des modèles de consommation autochtones). La production mondiale de viande était en 2012 de 302,4 millions de tonnes (FAOSTAT, Food and agricultar orgazisation corporate satistical database, de l’Organisation mondiale pour l’alimentation et l’agriculture - FAO), elle se situerait à 465 millions de tonnes en 2050. De plus en plus le bétail est nourri aux céréales et non plus à l’herbe C'est pourquoi, selon les prévisions de la FAO, il serait nécessaire de doubler la production agricole d'ici à 2050 (pour produire un kilo de viande, il faut 7 kilos de céréales, en réalité d'OGM (organismes génétiquement modifiés) qui perturbent les écosystèmes
Selon Alain Karsenty, économiste, expert auprès de la Banque mondiale, l'élevage extensif et le soja exporté comme aliment du bétail sont la première cause de la déforestation. Greenpeace estime dans une étude rendue publique en 2010 que l'élevage bovin est responsable à 80% de la destruction de la forêt amazonienne.
Enfin, 15% des émissions annuelles de gaz à effet de serre (GES) dans le monde sont l’œuvre du secteur de l’élevage (FAO-2013), plus que l'ensemble du secteur des transports (environ 13%).
Plusieurs autres pollutions sont le fait de l’élevage comme les émissions d’'ammoniac responsables des pluies acides (64% selon la Commission européenne). Enfin, d’après une étude publiée en 2014 par Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) (sciencesetavenir.fr), l’élevage de la viande de bœuf impacte dix fois plus l’environnement que les autres produits d’origine animale.

R. S.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER