Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Environnement

Pollution

Les dangers des nanomatériaux

 Les nanomatériaux sont de minuscules particules (50 000 fois moindres que l’épaisseur d’un cheveu !). Ils sont de plus en plus présents dans notre univers quotidien. La raison est simple, ils rentrent dans la fabrication de produits de larges gammes de consommation pour leurs  propriétés de résistance, d’élasticité, d’adhérence, de conductivité, etc.). Selon un rapport de l’Organisation de coopération économique et de développement ( oecd.org/…./Nanomaterials in waste stream), rendu public le 22 février,  ils sont présents dans 1300 produits (2012, avec un volume de 11 millions de tonnes, pour une valeur de 20 milliards d’euros) dont  les produits cosmétiques et de soins corporels (crèmes solaires, dentifrices ou après-shampoings), les aliments (sucre en poudre ou sel de table), les textiles antibactériens, les articles de sport, les matériaux de construction, les peintures, les pneus, les carburants, les appareils électroniques, les panneaux solaires…
Le revers est que de telles propriétés les rendent aussi très réactifs avec leur environnement. Ils pénètrent plus facilement les organismes vivants comme l’homme pour  s’insinuer sous la peau, dans les poumons ou dans le sang. Les dangers sont encore très mal évalués. “Les nanomatériaux révolutionnent les produits de tous les jours, au bénéfice de la société, mais beaucoup de questions demeurent sans réponse quant aux risques que pourraient présenter certains d’entre eux pour notre santé et pour l’environnement”. Le rapport s’intéresse en particulier à leur présence dans les déchets et les eaux usées et souligne que dans la majorité des pays du monde entier, les modes d’élimination des déchets laissent échapper ces nanomatériaux dans la nature. L’utilisation des boues des stations d’épuration est pointée du doigt.


R. S.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER