Scroll To Top
FLASH
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Environnement

Climat et “transition juste”

Les syndicats sont-ils du bon côté de l’histoire ?

La “transition juste” est un concept porté par le mouvement syndical. C’est à la faveur de la mobilisation des syndicats que ce concept de transition aménagée est mentionné dans l’Accord climat de Paris à la CoP21. Qu’en est-il de cette exigence à la veille de la CoP22 à Marrakech ? “Il n’y a pas d’emplois sur une planète morte”. Pourtant la transition énergétique, nécessaire pour la sauvegarde de la planète, ne pourra pas se faire sans un bouleversement économique révolutionnaire. Les conséquences sociales peuvent être terribles en absence d’un accompagnement des hommes et des femmes qui sont appelés à être “expulsés” par millions des circuits de travail liés, en particulier, aux énergies fossiles. Pour les syndicats, dont la Confédération syndicale internationale (CSI), le fait de mentionner cette question dans le préambule de l’accord uniquement pose déjà un problème.  “Des impératifs d’une transition juste pour la population active et de la création d’emplois décents et de qualité conformément aux priorités de développement définies au niveau national”, est-il écrit. C’est, pour ces organisations du monde du travail, plus près de la langue de bois diplomatique que d’un engagement. Tout le problème est comment imposer cette affirmation de l’accord sur le terrain d’autant que le mouvement syndical est lui-même divisé. Selon Annabella Rosemberg, conseillère politique pour la CSI internationale, citée par Novethic : “À la CSI, nous partons du principe qu’il n’y a pas d’alternative au fait que le respect de l’environnement doit être au cœur de la transition. Mais le mouvement syndical ne s’engage pas le cœur léger. Cela va entraîner la disparition de certains secteurs emblématiques de la lutte syndicale comme le mouvement minier, qui a été au cœur des luttes sociales. Les mineurs se sont battus pour améliorer les conditions sociales des ouvriers, bien au-delà de leur propre secteur : ils ont notamment été en pointe de la lutte anti-apartheid... L’Histoire n’a jamais été tendre avec ceux qui négocient. Cela pèse aussi sans doute dans la façon dont certains syndicats appréhendent aujourd’hui les négociations climatiques. Cela pourrait conduire le mouvement syndical à être du mauvais côté de l’Histoire.” Philippe Pochet, directeur de l’Institut syndical européen, cité par le même organe ajoute : “Cela ne prend pas sur le terrain.” De nombreux acteurs du débat sur le climat pensent que prendre en compte l’aspect social de la transition implique trop de délais supplémentaires pour l’action climatique sans compter ce “fameux terrain” dominé par la logique du gain financier à court terme. En tout état de cause, depuis la CoP21, les choses ne semblent pas avoir vraiment bougé.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER